International › APA

Une «journée presse morte» décrétée en Côte d’Ivoire, lundi

Le Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (GEPCI) a décrété le lundi prochain «journée presse morte» dans le pays pour marquer son «désaccord» sur la «réorientation de l’aide publique à l’impression » des journaux, a annoncé, jeudi, son Président, Patrice Yao.Selon M. Yao qui s’exprimait dans une conférence de presse à l’issue d’une Assemblée générale extraordinaire de son organisation, «nous avons décidé d’observer une journée presse morte le lundi 17 septembre 2018 pour marquer notre désaccord par rapport à cette décision de réorienter l’aide publique à l’impression de nos journaux».

Il n’y aura pas, lundi, des journaux dans les kiosques d’Abidjan et de l’intérieur du pays. «Il s’agit de la survie de nos entreprises (…) », a insisté le président du GEPCI sans préciser la nouvelle destination de cette aide publique.

Les éditeurs de presse qui seront reçus, vendredi à Abidjan, par le ministère de la communication et des médias, prévoient également des actions en vue de se faire payer par la Société de distribution des journaux (Edipresse). A en croire le président du GEPCI, cette entreprise étatique doit «trois mois de vente de journaux» à certains membres de son organisation.  

« Nous sommes en train de nous organiser pour avoir notre propre maison de distribution afin de maîtriser ce levier de la distribution », a conclu M. Yao.

Le GEPCI bénéficie du soutien du Syndicat national des professionnels de la presse de Côte d’Ivoire (SYNAPPCI) pour mener ce «combat». « Nous soutenons fermement le GEPCI pour ce combat. Le SYNAPPCI exige le départ du GEPCI d’Edipresse qui est aujourd’hui la plaie du secteur», a dit le Secrétaire général de ce syndicat, Guillaume Gbato.


L’aide publique est accordée aux entreprises privées de presse, aux radios non commerciales et aux organisations professionnelles à l’instar du Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (GEPCI), de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), du Syndicat national de la presse privée de Côte d’Ivoire (SYNAPPCI) ou encore de l’Observatoire de la liberté de la presse, de l’éthique et de la déontologie (OLPED) dans le cadre du Fonds de soutien et de développement de la presse (FSDP) mis en place par l’Etat en 2007.

Pour les entreprises de presse écrite, cette aide sert à six mois d’impression. Le montant est directement verser à l’imprimeur par le FSDP. En 2017, le FSDP a octroyé  des dons et subventions d’une valeur totale de plus  d’un milliard de FCFA aux entreprises de presse et organisations  professionnelles. Ce montant prend en compte une subvention de six mois d’impression des journaux au profit de  22 entreprises de presse privées toute ligne éditoriale confondue pour  un total d’un peu plus de 701 millions de FCFA.

Le FSDP a pour objet de faciliter, par ses concours, la mise en œuvre  des interventions structurelles de développement du secteur de la presse  et de l’audiovisuel afin d’assurer aux entreprises des secteurs  concernés, l’égalité et la libre concurrence, dans le cadre de la  mission d’intérêt général de la presse. Le FSDP a été voulu par le Gouvernement ivoirien, en accord avec les organisations de profesionnels de la presse,  en 2007. 


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut