International › AFP

Venezuela: arrivé au Brésil, Guaido va rencontrer Bolsonaro

Le chef de l’opposition au Venezuela Juan Guaido doit rencontrer jeudi à Brasilia le président Jair Bolsonaro ainsi que des diplomates des nombreux pays l’ayant reconnu comme président par intérim légitime du pays déchiré par une profonde crise politique et économique.

Après cette visite annoncée seulement quelques heures auparavant et destinée à recueillir davantage de soutien, l’opposant doit regagner son pays qu’il a quitté en bravant une interdiction de sortie du territoire, au risque d’être immédiatement arrêté, comme l’en a averti le président socialiste Nicolas Maduro.

Au moment où M. Guaido aura ses discussions à Brasilia, à New York le Conseil de sécurité de l’ONU sera appelé à voter sur deux projets de résolution concurrents sur le Venezuela, l’un à l’initiative des Etats-Unis, l’autre de la Russie — tous deux voués à l’échec.

Deux démarches qui illustrent la division internationale sur le Venezuela où M. Guaido a été reconnu par une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis, le Brésil, la Colombie et une majorité de membres de l’Union européenne, mais où M. Maduro reste appuyé par la Russie, la Chine, l’Iran, la Syrie ou Cuba.

Juan Guaido est arrivé dans la capitale brésilienne dans la nuit en provenance de Colombie où il s’était rendu pour diriger une opération d’acheminement d’aide humanitaire à son pays.

Celle-ci a été bloquée samedi dernier à la frontière par les forces de sécurité vénézuéliennes, de même que les tonnes de vivres et de médicaments qui devaient être aussi acheminés à travers la frontière brésilienne.

Juan Guaido doit s’entretenir à partir de 14H00 (17H00 GMT) à Brasilia avec l’un de ses plus fervents soutiens régionaux, le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, farouche ennemi des régimes de gauche.

Le chef de l’Etat brésilien « recevra Guaido pour une visite personnelle », a précisé le porte-parole du palais présidentiel du Planalto, Otavio Rego Barros.

Il sera également reçu par le chef de la diplomatie, Ernesto Araujo, qui avait fait le déplacement à la frontière de la Colombie pour témoigner du soutien de Brasilia à « ses frères vénézuéliens ».

« Je recevrai (… ) Juan Guaido et j’assisterai à sa rencontre avec le président » Bolsonaro, a écrit jeudi sur Twitter Ernesto Araujo. « La diplomatie brésilienne réaffirme son soutien irrévocable et inconditionnel à la liberté au Venezuela ».

Juan Guaido doit également rencontrer « de nombreux représentants des missions diplomatiques présentes à Brasilia (de pays) qui l’ont reconnu comme le président par interim légitime du Venezuela », a annoncé à l’AFP Mara Teresa Belandria, ambassadrice désignée du Venezuela par M. Guaido dans la capitale brésilienne.


Une conférence de presse de l’opposant était prévue à 16H15 locales (19H15 GMT).

– « Guerre civile  » –

Le gouvernement pro-américain du président Bolsonaro a qualifié de « dictateur » Nicolas Maduro et reçu, peu après son entrée en fonction, des émissaires de Juan Guaido à Brasilia.

Le vice-président brésilien Hamilton Mourao a affirmé mercredi lors d’un entretien à la chaîne Globonews qu’une « guerre civile » au Venezuela était un « scénario possible, en raison de la situation du pays ».

Dans un entretien à l’AFP la semaine dernière, il avait assuré qu’une intervention militaire américaine dans ce pays « n’aurait aucun sens ».

L’aide humanitaire destinée par l’opposition au pays qui souffre de dramatiques pénuries alimentaires et de médicaments a été bloquée par Caracas qui y a vu un prétexte à une intervention armée américaine pour déloger le président Maduro.

Lundi, Juan Guaido avait participé à Bogota à la réunion du Groupe de Lima, composé de 13 pays latino-américains et du Canada, qui s’est engagé à accentuer la pression pour contraindre le dirigeant chaviste à quitter le pouvoir, mais a écarté l’usage de la force.

Si ses sympathisants ont annoncé qu’ils se mobiliseraient vendredi à Caracas pour son retour, M. Guaido n’a pas indiqué quand il rentrerait au Venezuela ni s’il le ferait directement depuis le Brésil.

Le chef de l’opposition a affirmé dans la capitale colombienne mardi qu’il avait l’intention de rentrer dans son pays, bien qu’il risque d’y être arrêté pour avoir violé une interdiction judiciaire de sortie du territoire.

Nicolas Maduro a répondu à la télévision américaine ABC News que Juan Guaido « aurait affaire à la justice » pour avoir quitté le territoire.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut