International › AFP

Venezuela: les temps forts de la présidence Maduro

Rappel des dates-clés de la présidence de Nicolas Maduro, au pouvoir depuis avril 2013 au Venezuela et qui affirme avoir été visé par un « attentat » aux drones le samedi 4 août.

– Présidentielle contestée –

Le 5 mars 2013, le socialiste Hugo Chavez, président du Venezuela depuis 1999 et initiateur d’une « révolution bolivarienne », meurt d’un cancer.

Son vice-président Nicolas Maduro remporte la présidentielle en avril avec 50,62% des voix, après un scrutin contesté.

En novembre, le Parlement octroie des pouvoirs spéciaux au président, qui peut gouverner par décret pendant un an pour endiguer l’inflation et les pénuries.

– Mise au pas de la contestation –

En 2014, une vague de manifestations pour dénoncer l’insécurité est violemment réprimée pendant trois mois, faisant 43 morts.

Leopoldo Lopez, un des leaders de l’opposition, est condamné à 14 ans de prison. Il sera libéré en 2017 et assigné à résidence.

Le 26 mars 2014, trois généraux accusés de « tentative de coup d’Etat » sont arrêtés.

– Sanctions, perte du Parlement –

Le 20 février 2015, le maire de Caracas, Antonio Ledezma, soupçonné d’avoir encouragé un coup d’Etat, est incarcéré. Placé en résidence surveillée en 2017, il s’enfuit en Espagne.

En mars, Washington impose des sanctions contre plusieurs responsables accusés de violations de droits de l’homme. M. Maduro obtient de nouveaux pouvoirs spéciaux pour gouverner par décret face à « l’agression impérialiste » américaine.

En décembre, le prix du pétrole, qui génère 96% des revenus du pays, chute à son plus bas en 7 ans, provoquant de graves pénuries d’aliments et médicaments.

Le même mois, le chavisme perd le contrôle du Parlement.

– Echec d’un référendum révocatoire –

Le 8 mars 2016, l’opposition lance un référendum révocatoire, soutenu par des centaines de milliers de manifestants. Le processus avorte.

– Constituante décriée –

En mars 2017, la Cour suprême s’octroie les pouvoirs du Parlement, contrôlé par l’opposition, après avoir déjà déclaré nuls ses votes. Elle renonce face au tollé international.

Henrique Capriles, candidat d’opposition à la présidentielle en 2013, est déclaré inéligible, ce qui l’empêche de se présenter en 2018.

Le 1er avril débute une nouvelle vague de manifestations quasi-quotidiennes qui durera quatre mois et se soldera par plus de 125 morts.

Le 1er mai, Maduro annonce la convocation d’une Assemblée constituante. 10 morts lors de nouvelles violences autour du scrutin, boycotté par l’opposition, le 30 juillet.


Sitôt installée en août, la Constituante limoge la procureure générale Luisa Ortega, chaviste devenue opposante à Maduro.

– Isolement international –

Le Venezuela est suspendu politiquement du Mercosur, le marché commun sud-américain, « pour rupture de l’ordre démocratique ». L’ONU condamne « un usage excessif de la force ».

Le 18 août, la Constituante s’arroge la majorité des pouvoirs du Parlement. Washington impose de nouvelles sanctions.

Le 15 octobre, le chavisme remporte les régionales, puis les municipales le 10 décembre.

– Défaut partiel –

Mi-novembre, le Venezuela et la compagnie pétrolière PDVSA sont déclarés en défaut partiel par plusieurs agences de notation. Caracas reçoit le soutien de la Russie.

En 2017, le Venezuela enregistre une inflation de 2.616% et un effondrement du PIB de 15%, selon les calculs du Parlement.

– Présidentielle anticipée –

Prenant de court une opposition divisée et affaiblie, le pouvoir avance par décret la présidentielle prévue en décembre.

Le 20 mai, M. Maduro est largement réélu pour un deuxième mandat jusqu’en 2025. Le scrutin, boycotté par la coalition de l’opposition MUD, n’est pas reconnu par une partie de la communauté internationale.

Le lendemain, les Etats-Unis appliquent de nouvelles sanctions financières. A l’inverse, le président russe Vladimir Poutine félicite Nicolas Maduro.

Le 25 juin, nouvelles sanctions de l’Union européenne qui visent 11 dignitaires vénézuéliens dont la vice-présidente Delcy Rodriguez.

– L’économie s’effondre –

Le 23 juillet, le FMI annonce prévoir une inflation de 1.000.000% d’ici fin décembre et une chute du PIB de 18% sur l’année. Le 26 juillet, annonce de la suppression de 5 zéros au Bolivar. Selon l’Opep, la production de brut a chuté de 3,2 millions de barils par jour (mbj) en 2008 à 1,5 millions en juin.

– « Attentat » aux drones –

Le 4 août, Nicolas Maduro accuse l’opposition et la Colombie d’avoir voulu l’assassiner dans un « attentat » aux drones lors d’un défilé militaire à Caracas qui a fait sept blessés selon un bilan officiel, mais dont les circonstances restent floues.

Un mystérieux groupe rebelle, le « Mouvement national des soldats en chemise », revendique l’attaque.

Le 8 août, la Cour suprême demande l’arrestation de l’ex-président du Parlement, l’opposant en exil Julio Borges, pour le juger en compagnie de Juan Requesens, un autre député arrêté.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut