International › APA

Ville morte en Guinée : l’opposition parle de succès, le pouvoir d’échec

L’opération ville morte qui a démarré ce lundi à Conakry à l’appel de l’opposition républicaine, est vivement saluée par les organisateurs qui parlent de réussite là où les tenants du régime qualifient de flop la manifestationSur le terrain, le mot d’ordre est suivi par endroits, notamment sur l’autoroute « Le prince » où des jeunes ont érigé des barricades et brûlé des pneus, empêchant la circulation des engins roulants. On signale dans d’autres lieux quelques incidents sporadiques

Surfant sur ces faits, l’opposition républicaine qui a décrété la journée ville morte pour protester contre, selon elle, la, « violation » de l’accord politique du 8 août dernier concernant l’installation des exécutifs communaux, parle d’une réussite, dans un bilan dressé à la mi-journée.

Ainsi, à en croire le député Bakary Keita, membre de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), « ça (la manifestation) été suivi et à Conakry et à l’intérieur du pays, notamment à Labé, à Mamou. Nous sommes en train d’appeler nos responsables dans les autres villes pour savoir où en est-on ».


Pour sa part, le parti au pouvoir parle d’ « échec ». Et selon Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la mouvance présidentielle, « On ne peut parler de développement si à chaque fois on tue la ville. Heureusement, Conakry refuse de mourir. Chaque fois qu’il y a ville morte, c’est seulement l’axe Bambéto qui commence à casser, sinon ailleurs ça vie ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut