International › APA

Zlecaf : la Côte d’Ivoire mise sur un secteur privé fort

Pas d'image

La Côte d’Ivoire, 9e pays à ratifier cet accord de libre-échange, initie toujours des réformes pour rendre les entreprises compétitives afin de capter davantage de devises sur ce marché continentalLors du Forum des Bâtisseurs de l’économie africaine, dont l’édition 2022, était consacrée à la Zone de libre-échange continental africaine (Zlecaf), M. Yéo Nahoua, directeur de Cabinet, représentant le ministre ivoirien du Plan et du développement, a assuré que l’Etat est engagé à accompagner le secteur privé sur ce marché. 

La Côte d’Ivoire, dira-t-il, envisage de « contribuer à la mise en œuvre accélérée de cet instrument d’intégration régionale ». Pour ce faire, le pays entreprend des réformes depuis 2011 pour améliorer la compétitivité de l’économie et surtout des secteurs à forts potentiels de croissance.

Cela a permis de renforcer les avantages comparatifs du pays et la confiance des investisseurs. L’Etat ivoirien, a en outre consacré au niveau du Plan national de développement (PND, 2021-2025) une part de 74% au secteur privé sur un portefeuille global de 59.000 milliards de Fcfa.

Le Forum des bâtisseurs qui pour l’édition 2022 a mis le focus sur la Zlecaf, est devenu un espace de dialogue où les acteurs économiques, politiques et les décideurs se retrouvent pour discuter des potentiels économiques de l’Afrique, nouer des partenariats et envisager l’avenir ensemble.

Convié à cet espace, l’opposant ivoirien Pascal Affi N’Guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI) a fait observer que l’ouverture effective des frontières commerciales pourra améliorer la croissance des entreprises, leur permettre de s’industrialiser plus rapidement, et créer ainsi des emplois et de la richesse.

La Zlecaf fera de l’Afrique l’un des plus grands marchés intégrés du monde avec plus d’une cinquantaine de pays. Cela comporte de nombreux avantages substantiels, mais « je crois qu’il y a davantage d’efforts à consentir (car) il ne suffit pas d’avoir cette vision », a estimé M. Affi.  

Ce leader d’opinion soutient qu’« il faut aussi avoir la volonté d’engager les réformes structurelles pour améliorer les environnements économiques dans nos pays respectifs pour faire émerger de grandes entreprises » et qui aient des process de compétitivité robustes.

« Pour cela, il y a un certain nombre d’handicaps que les économies africaines doivent relever », a-t-il dit, appelant à un accompagnement des PME en matière de financement, de renforcement des capacités des promoteurs, à l’amélioration du cadre juridique et l’environnement des affaires au niveau des Etats.


Cette zone de libre-échange ne peut apporter des avantages économiques et sociaux qu’en permettant d’augmenter les revenus, réduire la pauvreté et d’accélérer la croissance économique », a-t-il renchéri, insistant que « s’il n’y a pas de volonté politique qui accompagne cette vision », elle pourrait rester lettre morte.

« Dans un monde tumultueux, évoluant en bloc, l’Afrique doit plus que jamais réaliser sa pleine intégration économique dans ces perspectives, et il nous paraît impérieux d’accélérer la mise en œuvre de la Zlecaf, entrée en vigueur en 2021 », a soutenu le promoteur de l’évènement, Michel Russel Lohoré.

Le thème retenu pour cette édition est « Intégration économique à l’ère de la Zlecaf ». La mise en œuvre de cet espace prévoit la création d’un marché africain de 1,2 milliard de consommateurs, une classe moyenne croissante de 350 millions de personnes pour un PIB combiné de 2,1 à 4,3 millions de dollars US.  

Selon les estimations de la Banque mondiale, les revenus supplémentaires rapportés par la Zlecaf s’établissent à 45 milliards de dollars de revenus soit une hausse de 7%, ce qui montre le potentiel d’investissement et de croissance au profit du continent africain.

Dans un tel environnement, les gouvernements du continent africain sont appelés à consentir toutes les réformes et prévoir les institutions nécessaires au déploiement optimal du secteur privé dans le contexte de la Zlecaf. A ce prix, les pays pourront véritablement conquérir cet espace d’échange commercial. 

Pour accélérer la transformation structurelle de son économie, l’Etat de Côte d’Ivoire a mis l’accent dans le PND 2021-2025 sur le développement des grappes industrielles, la transformation locale des matières premières agricoles, le développement du capital humain et le rôle moteur du secteur privé.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut