Plaidoyer pour l’élargissement de l’OHADA : Vers un univers juridique élargi en Afrique

La Garde des Sceaux et ministre de la Justice, Me Aissata Tall Sall, a appelé à l'expansion de l'Organisation pour…

La Garde des Sceaux et ministre de la Justice, Me Aissata Tall Sall, a appelé à l’expansion de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) vers de nouveaux États, lors de la 57ème session du Conseil des ministres de l’OHADA qui s’est ouverte ce mardi.

« Plus nous serons grands plus nous serons élargis, plus l’OHADA marchera ; nous voulons enregistrer des adhésions parce que notre organisation marche, elle fait des émules, des pays veulent nous rejoindre et nous ne pouvons que nous en féliciter », a déclaré Me Aissata Tall Sall.

Actuellement composée de 17 pays, l’OHADA accueille des nouveaux membres tandis que d’autres expriment leur intérêt. Me Sall a souligné l’importance de dissiper tout doute dans l’esprit des États potentiels pour les inciter à rejoindre l’organisation.

Le Sénégal, qui assure la mandature de l’OHADA pour 2024, s’est engagé à soutenir l’organisation dans ses défis actuels et futurs. Me Sall a identifié plusieurs défis, notamment la réunion des chefs d’État et de gouvernement, qui ne s’est pas tenue depuis 11 ans, et la nécessité de moderniser le fonctionnement des organes de l’OHADA.

Moustapha Ba, ministre des Finances et du Budget, a souligné que l’harmonisation du droit des affaires reste un travail continu, compte tenu de l’évolution économique et sociale. Des réformes sont nécessaires pour adapter l’OHADA à un monde globalisé et numérique en perpétuel changement.

En maintenant le flambeau et en poursuivant les réformes, le Sénégal s’engage à consolider les acquis de l’OHADA et à promouvoir un environnement juridique favorable au développement des activités économiques en Afrique.