Société › Actualité

Réduction des risques: Pour la décriminalisation de l’usage de la drogue

La réduction des risques (Rdr) est une approche qui se concentre sur les conséquences sanitaires et socio-économiques chez les consommateurs de drogue. Accusée de faire la promotion de l’usage, la méthode est ici défendue par le Docteur Hubert Traoré.

En matière de consommation de drogue, mieux vaut prévenir. Car, une fois que l’individu a goûté au ‘’fruit interdit’’, il lui est difficile de s’abstenir. Les premiers centres de soins spécialisés ont vu le jour dans les années 1970, en marge du système de santé. C’est l’épidémie galopante du Vih/sida, dans les années 1980, qui impose la réduction des risques (Rdr) comme l’approche la plus évidente et plus efficace pour lutter contre les dommages causés par l’usage de stupéfiants.

Selon le médecin en santé publique au Burkina Faso, Docteur Hubert Traoré, il n’y a pas de stratégie de prévention ou de traitement qui fonctionne sur tous les usagers. Il estime que l’important, c’est de proposer des options et de faciliter l’accès à un large panel d’interventions qui répondent aux besoins des usagers et les aident à rester en vie. ‘’Les individus et les communautés affectés ont besoin d’être impliqués dans l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies de réduction des risques. Il ne s’agit pas de n’importe quels risques, mais ceux liés aux effets des produits consommés, au mode de consommation et les risques sociaux. Nous luttons pour que la loi soit plus flexible avec les consommateurs, pas pour les dealers’’, explique le Dr Traoré.

S’agissant des risques liés aux effets des produits utilisés, il y a les overdoses avec de multiples symptômes en fonction de la drogue consommée. S’agissant des conséquences, ils peuvent aller jusqu’au décès, en passant par la baisse de la vigilance pouvant conduire à des prises de risques sexuels susceptibles de découler sur les Ist/Vih/Vhb/Vhc (plus fréquent avec la cocaïne et ses dérivés), la dénutrition par manque d’appétit et le mauvais état bucco-dentaire. Il y a également la rétention urinaire, les troubles de la libido, la perturbation de cycles menstruels (héroïne), les complications cardiovasculaires, pulmonaires, neurologiques, rénales et oculaires (cocaïne) et les troubles psychologiques : altération du sommeil, troubles de l’humeur, troubles bipolaires, troubles psychotiques. Pour ce qui est des risques liés au mode de consommation, ils sont relatifs aux problèmes dermatologiques et cardiovasculaires. Il y a aussi les infections (bactériennes, virales, etc.) à transmission sanguine ou cutanée Vih, Vhb, Vhc, Tb, etc., du fait du partage du matériel de consommation. Les problèmes pulmonaires sont également notés avec des coupures, des brûlures, des ulcères, des plaies au niveau Orl et digestif.

Approche controversée


Concernant les risques sociaux, on peut citer les comportements antisociaux, les risques d’exclusion (familiale, amicale, professionnelle, sanitaire), l’itinérance et la stigmatisation, les risques judiciaires (incarcérations) et ceux liés au trafic et au deal (violences, répression policière, etc.) et à la pauvreté. A en croire le docteur Hubert Traoré, de prime abord, les gens sont sceptiques sur l’efficacité d’une approche comme la réduction des risques.

C’est pourquoi de nombreuses barrières persistent pour sa mise en œuvre. ‘’Beaucoup de gens soutiennent que la Rdr incite les usagers de drogues à en consommer, que son coût peut être utilisé pour réduire la consommation ou lutter contre les drogues ou soigner des personnes qui le méritent plus’’. D’après le médecin, il y a d’autres qui disent que c’est une approche qui ne facilite pas l’abstinence et met en danger la sécurité publique. Ainsi, certains individus ne manquent pas de les inviter à s’adresser à des personnes responsables et non à des usagers de drogue. Il y a aussi l’aspect juridique qui est reproché à la Rdr. ‘’Ceux qui disent que ce que nous faisons est une légitimation de l’usage de la drogue en contradiction avec les lois n’ont pas compris la valeur et l’importance de cette lutte que nous menons’’, se défend-il.

Historiquement, affirme-t-il, les programmes qui se focalisent sur la réduction ou l’arrêt de la consommation n’ont pas montré des résultats constants et satisfaisants. L’approche de la réduction des risques, par contre, est reconnue aujourd’hui comme une méthode efficace dans des contextes économiques, culturels et politiques variés, sauvant, du coup, d’innombrables vies.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut