Santé




Les acteurs sanitaires unissent leurs forces pour surmonter les défis Épidémiologiques dans la région de Tambacounda

Jeudi, à Bakel, les acteurs sanitaires de la région de Tambacounda ont conclu leur série de réunions de coordination régionale,…

Jeudi, à Bakel, les acteurs sanitaires de la région de Tambacounda ont conclu leur série de réunions de coordination régionale, après celles de Goudiry et Koumpentoum, axées sur la surveillance épidémiologique et la gestion des urgences sanitaires. Cette rencontre a offert un panorama stimulant des accomplissements, des plaidoyers pour le secteur, et un diagnostic approfondi de la situation sanitaire de l’année 2023, en mettant l’accent sur le département de Bakel.
Le Docteur Bayal Cissé, directeur régional de la santé, a exposé les enjeux, révélant que la région a été confrontée à quatre épidémies en 2023, dont la rougeole à Koumpentoum, la fièvre hémorragique Crimée Congo (FHCC), la dengue à Bakel, et actuellement le chikungunya à Kédougou, avec 127 cas gérés à Tambacounda. Des chiffres alarmants de décès néonataux (377) et maternels (106) ont également été signalés.

La réunion, présidée par le préfet du département de Bakel, Amadou Salmone Fall, a rassemblé des autorités territoriales, des acteurs de la santé, des partenaires sociaux et des chefs de service. Le Dr Cissé a souligné la nécessité d’un plan efficace des urgences pour le département de Bakel, impliquant l’ensemble de la région de Tambacounda.

Les médecin-chefs de Bakel et Kidira ont partagé leurs perspectives sur la surveillance épidémiologique et les urgences sanitaires, offrant des recommandations pertinentes. Le préfet Fall a salué l’importance de la réunion dans sa circonscription et a appelé à l’élaboration d’une stratégie pour réduire les décès néonataux et maternels dans la région.

Le Docteur Bayal Cissé a mis en lumière les ressources humaines dans la région, avec 60 médecins, 172 sages-femmes d’État, et 152 infirmiers d’État. Il a également noté la réception de 24 ambulances médicalisées depuis 2019, soulignant les efforts déployés pour renforcer les capacités d’intervention d’urgence.