Politique › Partis politiques

L’universitaire Ibrahima Sylla candidat à la présidentielle sénégalaise

(c) droits réservés

L’enseignant en Sciences PO à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (nord), Ibrahima Sylla, a déclaré dimanche à Dakar, sa candidature à la présidentielle du 24 février 2019, et promis, une fois élu à la magistrature suprême, à changer la donne politique au Sénégal, a appris APA dimanche de source médiatique.

« J’ai observé qu’il y avait une maldonne, une certaine manière de faire de la politique qui ne me satisfaisait pas. Mon engagement part d’une insatisfaction à l’égard des modes de gouvernementalité, de la manière dont le pays est gouverné. Il y a une responsabilité de l’intellectuel, qui ne se limite pas seulement à dispenser des connaissances », a dit le Pr Sylla, invité de l’émission Grand Jury de la Radio futurs médias (privée).

Né après les indépendances, le docteur en Sciences politiques a emmagasiné un quart de siècle d’expérience en la matière, dont 15 ans en tant qu’enseignant à l’UGB de la région septentrionale de Saint-Louis.

« J’ai souvent été interpellé par les gens et par les étudiants : ‘’Mais pourquoi vous ne faites pas de la politique ? Pourquoi vous ne vous engagez pas ? Servir son pays ne se limite pas à vouloir étaler des propositions ou à écrire des ouvrages. Aussi pertinentes soient-elles, les idées ne suffisent pas à développer un pays’’ », a poursuivi Ibrahima Sylla, pour qui le « déclic » a surtout sonné durant ses années d’enseignant dans « une université française ».

Au Sénégal, il est plus connu comme éclaireur sur les sujets politiques, mais a eu le « sentiment d’avoir été blacklisté par les médias » après avoir déclaré sa candidature, sans savoir « pourquoi ».


Il n’a toutefois « pas peur » du système de parrainage qui réclame aux candidats plus de 60.000 signatures de personnes inscrites sur le fichier électoral, bien qu’il trouve « quelque chose d’antidémocratique dans ce projet ».

« Il y a tellement de paradoxes et de contradictions dans cette loi », critique-t-il, rappelant au passage que la démocratie « n’est pas la dictature de la majorité ».

Pour finir, il a dépeint un tableau sombre de la gouvernance du président Macky Sall, considérant que « le Sénégal va mal et très mal ». Seulement « le désespoir des gens à trouver un emploi » et « le désespoir des femmes obligées d’être conduites par des charrettes pour aller accoucher » sont illustratifs pour le nouveau politicien.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut