International › AFP

A Hanoï, les hommes et les femmes de confiance du régime nord-coréen

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un peut compter au Vietnam sur l’aide, les conseils et la protection de ses plus proches collaborateurs pour son deuxième sommet avec le président américain Donald Trump.

Quelles sont ces personnalités qui entourent le numéro un nord-coréen et quel rôle jouent-elles?

– Le bras droit –

Kim Yong Chol, haut responsable du parti unique au pouvoir, pendant nord-coréen du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, est en première ligne des discussions entre Pyongyang et Washington.

Il est considéré comme l’homme de confiance du dirigeant nord-coréen, avec qui il a pris un train blindé pour se rendre au Vietnam en vue du sommet de Hanoï mercredi et jeudi.

Kim Yong Chol s’est rendu le mois dernier à Washington porteur d’une missive du leader, à la suite de quoi la Maison Blanche a annoncé ce deuxième sommet censé débloquer les discussions sur la dénucléarisation qui patinent depuis le rendez-vous largement symbolique de Singapour en juin.

Il avait supervisé les négociations dans la cité-Etat, premier sommet entre un dirigeant américain et un leader nord-coréen. Et il est vraisemblable qu’il continue de jouer un rôle clé dans la capitale vietnamienne.

– La soeur –

Kim Yo Jong est au côté de son frère depuis que celui-ci a fait ses débuts sur la scène internationale avec une visite à Pékin l’année dernière. Elle est également du voyage vietnamien.

Lors de rencontres internationales, on l’a vue souvent auprès du numéro un du régime nord-coréen, lui prenant son manteau, notant scrupuleusement ses remarques, lui tendant un stylo pour la signature de déclarations communes avec les dirigeants de la Chine, de la Corée du Sud et des Etats-Unis.

Elle avait fait les gros titres l’année dernière en représentant son pays aux Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang en Corée du Sud.

Mme Kim s’est aussi faite remarquer pour sa propension à se retrouver à son insu dans le champ des caméras et des appareils photo, lors de rencontres entre son frère et divers chefs d’Etat, avant de s’éclipser précipitamment et sortir de la lumière.

– L’émissaire –


Kim Hyok Chol, émissaire nord-coréen pour les Etats-Unis, est arrivé à Hanoï une semaine avant le sommet de mercredi et jeudi pour des entretiens préparatoires avec son homologue américain Stephen Biegun.

Ancien ambassadeur de Corée du Nord en Espagne, avant son expulsion en 2017 en pleine période de tensions autour du nucléaire, il fut présenté comme l’homologue de M. Biegun lors d’une visite le mois dernier à la Maison Blanche avec Kim Yong Chol.

MM. Kim et Biegun se sont livrés à un marathon de négociations, probablement sur le menu du sommet, qui pourrait durer jusqu’au début même de la réunion.

– Le « majordome » –

Kim Chang Son est le chef de cabinet de facto du dirigeant nord-coréen, chargé de superviser les questions de sécurité et de protocole lors des événements importants.

Le numéro un nord-coréen comme sa soeur sont selon la presse très proches de Kim Chang Son, qui joua le rôle de « majordome de confiance » de la famille du temps de Kim Jong Il, le défunt père et prédécesseur du dirigeant actuel.

Le « majordome » a débarqué à Hanoï il y a près de deux semaines, inspectant avec soins les sites potentiels pour accueillir le sommet et héberger la direction nord-coréenne. Il était également présent à la gare vietnamienne de Dong Dang mardi pour accueillir le dirigeant nord-coréen à son arrivée au Vietnam.

– Les gardes du corps –

Une centaine de gardes du corps nord-coréens sont partis par avion de Pyongyang dimanche, selon la presse vietnamienne.

Ils étaient restés discrets à Singapour, aussi bien lors des entretiens proprement dits que lors d’une visite nocturne impromptue de Kim Jong Un dans les rues de la cité-Etat.

Cette garde rapprochée s’était illustrée lors du premier sommet de M. Kim avec le président sud-coréen Moon Jae-in en courant au côté de la Mercedes-Benz de leur leader. Au Vietnam, une dizaine d’entre eux ont une nouvelle fois trottiné brièvement au côté de la berline qui devait le conduire à Hanoï, après l’arrivée du train blindé de M. Kim.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut