Société › Actualité

Affaire du blanchiment d’argent sur l’axe Côte d’Ivoire-Dakar: les raisons d’une transaction frauduleuse de 7 milliards Fcfa

Bridge Bank Group (c) Droits réservés

L’homme d’affaires Zézé Fulbert Kore a prétexté des troubles que pourrait causer la libération de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire pour justifier le placement de 7 milliards de Fcfa dans un projet immobilier sur 16 hectares à Bambilor.

Malgré l’acquittement de Laurent Gbagbo à la Cpi et l’ordonnance de remise en liberté, il n’en a pas encore fini avec les démêlées judiciaires. L’homme d’affaires Zézé Fulbert Kore ou Ange Isaac Korez alias « Zé » et « Ange » pour les intimes a prétexté des troubles que pourrait causer « sa libération en Côte d’Ivoire » pour justifier le placement de 7 milliards de Fcfa dans un projet immobilier sur 16 hectares à Bambilor.

En réalité, ce n’était qu’une manière de « laver » des fonds volés dans les banques et virés dans les comptes d’hommes d’affaires sénégalais qui devaient ensuite procéder à des retraits et recevoir leurs commissions.


Selon senego.com, il s’agit d’une note, saisie dans l’appartement meublé de « Zé » à Sacré cœur qui relate de manière détaillée les pourcentages que devaient recevoir les uns et les autres. Libération, qui a révélé hier, 18 mars les dépositions et audios fragilisant la défense des banquiers mis en cause présumés, détaille la face sombre de cette rocambolesque affaire dans laquelle il serait même question de hackers…syriens basés aux Etats-Unis.

Il est aujourd’hui attesté que c’est la même bande qui a pompé la Bridge Bank de la Côte d’Ivoire, avant Versus Bank, pour procéder à des virements sur les comptes de Taboulé Sylla (Pdg du groupe Nabi) et de Mouhamadou Moustapha Fall (patron de Sococer Sarl), tous deux écroués depuis janvier pour des délits d’association de malfaiteurs, de faux et usage de faux et blanchiment de capitaux portant sur 634 millions Fcfa.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut