International › APA

Afrique de l’Ouest : les prix du blé et du riz restent élevés (FAO)

Des contractions sont attendues dans les échanges mondiaux au niveau des céréales principales pour la période 2022-2023, selon les prévisions de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).Dans un entretien accordé au site d’informations économiques, Financial Afrik, Robert Gouantoueu Guéi, le représentant de la FAO au Sénégal et Coordonnateur sous régional pour l’Afrique de l’Ouest, donne des éclairages sur l’approvisionnement en céréales sur la période 2022-2023.

Selon M. Gouantoueu, il est envisagé « un fléchissement de 2,4% » des échanges de céréales par rapport au niveau de 2021-2022 qui devrait s’établir à 467 millions de tonnes. La baisse des récoltes du maïs et des exportations en Argentine, Ukraine et États-Unis d’Amérique est à l’origine de ce recul.

 

Prix des denrées sur les marchés régionaux

 

« On prévoit à présent un léger tassement (recul) des échanges internationaux de riz en 2023 (de janvier à décembre), qui devraient descendre à 53,0 millions de tonnes, soit une baisse de 1,4% par rapport au niveau estimé pour 2022 », a-t-il fait savoir.

Le riz est un aliment de base en Afrique de l’Ouest. Une chute des échanges mondiaux de cette céréale pourrait menacer la sécurité alimentaire. Avec la crise russo-ukrainienne, les prix ont connu une flambée et certaines variétés sont quasiment rares sur le marché. 

Il a évoqué les prévisions sur les échanges mondiaux du blé, qui montrent un recul de 1,9% en 2022-2023 (juin-juillet) par rapport à 2021-2022. La production de l’Ukraine, 4e exportateur mondial, devrait par ailleurs chuter de 40% entraînant une baisse de 50% des exportations en raison du conflit avec la Russie.

« Globalement, l’on constate une tendance baissière des prix des denrées alimentaires au niveau international pour le sixième mois consécutif ; toutefois, les prix des céréales d’autres produits alimentaires tels que le blé et le riz restent élevés en Afrique de l’Ouest et au Sahel », a-t-il fait observé.

Il a insisté qu’au Sahel et en Afrique de l’Ouest, le fonctionnement des marchés régionaux est globalement normal sauf dans les zones très affectées par l’insécurité civile. Les disponibilités alimentaires sont en baisse dans la plupart des pays, mais elles s’améliorent progressivement avec la mise sur le marché des premières récoltes.


Cependant, la tendance haussière des prix des denrées se maintient dans tous les pays, en particulier pour les produits locaux et le blé. Les hausses importantes de prix (plus de 50 % par rapport à la moyenne) sont observées au Burkina Faso, au Mali, au Ghana, en Sierra Leone, au Libéria et au Nigeria.

 

Prévisions sur le marché international  

 

Concernant les prix des fertilisants, ils sont en hausse en raison des difficultés d‘approvisionnement liées à la perturbation des chaînes d‘approvisionnement du fait du conflit russo-ukrainien et de l’effet négatif de la hausse du coût du transport local consécutive à celle des hydrocarbures dans tous les pays de la région.

Cela pourrait jouer négativement sur la production de 2022-2023 et engendrer également une pénurie alimentaire sur les marchés. Les productions mondiales de céréalières (2 768 millions de tonnes) en 2022-2023 cèdent 5,9 millions de tonnes et descendent à un niveau inférieur de 1,7% à celui de 2021.

M. Gouantoueu a indiqué que certains produits agricoles sont dépendants de types d’engrais spécifiques. Par exemple, au Ghana, selon le programme PFJ (Planting for Food and Jobs), les cultures céréalières dépendent fortement de l’engrais Azote, Phosphore et Potassium (NPK), tandis que le cacao utilise principalement le NPK 0-23-19.

Si un approvisionnement adéquat de ces catégories d’engrais n’est pas assuré, la conséquence immédiate serait un déficit de production plus important pour les produits concernés, puisque les projections faites sur la baisse de la production n’avaient pas pris en compte l’indisponibilité de ces engrais, a-t-il poursuivi.

Il a relevé que l’utilisation de céréales devrait connaître une baisse de 8,7 millions de tonnes soit 0,5% par rapport 2021-2022 et les stocks mondiaux de céréales à la clôture des campagnes de 2023 devraient tout de même se contracter de 1,6 % par rapport à leur niveau d’ouverture.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut