International › AFP

Attaque de Strasbourg: « urgence attentat », le plus haut niveau du plan Vigipirate

Le niveau « urgence attentat », déclenché sur toute la France mardi soir après l’attaque à Strasbourg, est le plus haut niveau du plan Vigipirate, permettant notamment aux autorités « la mobilisation exceptionnelle de moyens » le temps de la recherche d’un assaillant.

Un homme de 29 ans, fiché S (pour Sûreté de l’Etat), était toujours recherché mercredi matin après avoir tué trois personnes et en avoir blessé 13 par arme à feu mardi soir, à proximité du marché de Noël de Strasbourg.

« Nous sommes actuellement en France en posture vigipirate renforcée. Le gouvernement vient de décider de passer en urgence attentat avec la mise en place de contrôles renforcés aux frontières et des contrôles renforcés sur l’ensemble des marchés de Noël en France pour éviter le risque de mimétisme », a annoncé durant la nuit le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, depuis Strasbourg.

« Le dispositif Sentinelle va être augmenté dans les 24 heures », a ajouté le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Laurent Nuñez, mercredi matin sur France Inter. « Le chiffre n’est pas fixé, ce sera fixé dans la journée », a-t-il précisé, indiquant qu’un Conseil de défense devait se tenir à la mi-journée.

On compte 7.000 militaires déployés en permanence dans le cadre de ce dispositif; 3.000 autres sont mobilisables à tout instant pour renforcer ponctuellement la protection.

Après la vague d’attentats jihadistes en 2015 et 2016, le plan Vigipirate a été modifié, créant trois niveaux « adaptés à la menace »: le niveau de « vigilance », le niveau « sécurité renforcée-risque d’attentat » et le niveau « urgence attentat ».

– Durée limitée –

« Le niveau urgence attentat peut être mis en place à la suite immédiate d’un attentat ou si un groupe terroriste identifié et non localisé entre en action », précise le site officiel Vigipirate.


« Ce niveau est mis en place pour une durée limitée: le temps de la gestion de crise. Il permet notamment d’assurer la mobilisation exceptionnelle de moyens, mais aussi de diffuser des informations susceptibles de protéger les citoyens dans une situation de crise », ajoute le site.

Cette mesure prévoit des « mesures exceptionnelles d’alerte de la population » et des « mesures exceptionnelles pour prévenir tout risque d’attentat imminent ou de sur-attentat ».

Dans ce cadre, le préfet du Bas-Rhin, Jean-Luc Marx, a pris un arrêté interdisant toutes les manifestations programmées mercredi « pour permettre aux forces de l’ordre de se mobiliser totalement dans la recherche de (l’auteur) », selon Christophe Castaner.

Les autorités locales (préfectures, mairie, agglomération) ont également annoncé que le marché de Noël, les équipements culturels et sportifs publics de l’agglomération (musées, médiathèques, piscines, patinoire…) resteraient fermés mercredi.

La mairie de la ville a également annoncé qu' »en lien avec le gouvernement et le rectorat », il n’y « aurait pas de cours dans les écoles maternelles et élémentaires dans lesquelles un accueil sera toutefois proposé aux enfants dont les parents ne peuvent assurer la garde ».

Par ailleurs, immédiatement après l’annonce de l’attaque, les autorités ont relayé sur les réseaux sociaux les consignes de confinement de la population, qui ont ensuite été levées durant la nuit.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut