International › AFP

Avec une foule de candidats, la route vers la Maison Blanche prend des détours inédits

Encore dix mois les séparent des premières primaires démocrates et pourtant, les nombreux candidats à la Maison Blanche tentent déjà de se démarquer en sillonnant les Etats-Unis jusque dans les endroits les plus inattendus.

Offrant peu de voix ou votant tardivement lors des primaires, plusieurs Etats américains étaient traditionnellement ignorés en début de course pour décrocher l’investiture du parti.

C’est le cas de l’Utah, qui devrait en plus voir son influence déjà faible encore réduite pour les démocrates en 2020 puisque ses habitants voteront le même jour qu’une douzaine d’autre Etats lors du fameux « Super Tuesday ».

Et pourtant, la candidate démocrate Elizabeth Warren met le cap dès la semaine prochaine sur la capitale de l’Utah, Salt Lake City, pour rencontrer les électeurs avec l’espoir de gagner une longueur d’avance face à ses concurrents.

« Je me présente pour être présidente de tous les Américains, et cela veut dire partir à la rencontre et parler avec les gens à travers le pays, construire un mouvement depuis la base qui s’étende d’une côte à l’autre » des Etats-Unis, a expliqué Elizabeth Warren à l’AFP.

Et d’affirmer: « C’est comme cela que nous gagnerons en 2020 ».

La sénatrice progressiste a déjà fait campagne le mois dernier dans des Etats du sud comme l’Alabama, le Mississippi et le Tennessee, sur lesquels les candidats font d’ordinaire l’impasse jusqu’à seulement quelques jours avant les primaires.

« Je n’ai pas le souvenir d’un cycle électoral où les candidats à la primaire démocrate aient fait campagne aussi tôt dans des Etats comme l’Utah », souligne James Curry, professeur de sciences politiques à l’université de cet Etat de l’ouest américain.

La tradition veut qu’avant les premiers scrutins, les candidats à la primaire se concentrent sur les influents Etats qui votent en premier: Iowa, New Hampshire, Nevada et Caroline du Sud.

Mais cette fois, les choses sont différentes avec un record historique de prétendants démocrates: déjà 18, et d’autres sont encore attendus.

Lors des primaires, les électeurs votent dans chaque Etat, attribuant aux candidats un certain nombre de délégués. Celui qui obtient une majorité absolue de délégués remporte l’investiture du parti.

Sur ce terrain bondé, les démocrates risquent d’avoir plus de mal à s’imposer tôt et s’attendent donc à ce que les Etats votant tard pèsent « plus que d’habitude », explique James Curry.

Les démocrates qui espèrent défier Donald Trump en novembre 2020 doivent alors jongler avec plusieurs priorités: visiter les Etats qui votent en premier, se présenter rapidement aux électeurs ailleurs, et rencontrer les donateurs dans les « capitales » des collectes de fonds comme Los Angeles et New York, pour financer leurs campagnes.


Ils ont déjà visité au moins 21 Etats et plus de 100 villes en mars.

– Nouveau rôle pour la Californie –

Pendant des décennies, la tradition voulait que les candidats installent pratiquement leurs équipes de campagne dans l’Iowa et le New Hampshire, les deux premiers Etats à voter.

C’est ce qu’avait fait Jimmy Carter avec l’Iowa, alors qu’il n’affichait au départ qu’un maigre 1% dans les sondages, avant de remporter l’investiture démocrate puis la présidentielle en 1976. Trois décennies plus tard, c’est Barack Obama qui avait courtisé cet Etat rural et peu peuplé, à l’influence décisive.

L’Iowa reste un Etat crucial mais les candidats multiplient désormais leurs destinations.

L’ex-ministre de Barack Obama, Julian Castro, a ainsi prévu de faire campagne dans les 50 Etats américains.

Malgré son grand nombre de délégués, la Californie a longtemps été pratiquement ignorée car elle votait très tard. Comptant cette fois jouer un rôle plus central, l’Etat a avancé la date de ses primaires jusqu’au « Super Tuesday ».

Plusieurs candidats y ont déjà fait campagne, dont le sénateur Bernie Sanders qui domine les sondages parmi les noms officiellement en lice.

Après avoir organisé de grands meetings le mois dernier dans ce bastion progressiste, le socialiste visite ce week-end les anciens bassins industriels du Wisconsin, Michigan et de la Pennsylvanie, cherchant à renouer avec l’électorat ouvrier blanc qui a voté pour Donald Trump.

En passant en plus par l’Ohio, le Texan Beto O’Rourke l’a déjà devancé dans ces Etats que Donald Trump avait arraché aux démocrates en 2016.

Le Wisconsin aura « une valeur exceptionnelle » car il organise seul sa primaire début avril puis devrait jouer un rôle crucial lors de la présidentielle de novembre 2020, après avoir surpris en basculant républicain la dernière fois, estime Barry Burden, politologue à l’université de Wisconsin-Madison.

Alors que le président républicain est déjà en campagne pour sa réélection, « il y a aussi une dimension symbolique dans le fait de prêter attention aux Etats pivots du Midwest que Trump avait remportés de peu ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Retour en haut