International › APA

Cameroun : arrêt des poursuites contre une avocate accusée d’apologie de crimes

La cour d’appel de Douala a décidé, mardi, de l’arrêt des poursuites contre l’avocate Michèle Ndoki et 51 autres personnes, accusées d’apologie de crimes ou délits, à travers des appels à l’insurrection, et d’organisation de marches interdites en vue de mettre en cause l’ordre public et de déstabiliser le fonctionnement des institutions de la République, a appris APA auprès des avocats de la défense.Cette mesure, objet des réquisitions du procureur général près ladite cour, est conforme aux instructions sur ce dossier du ministre de la Justice, garde des Sceaux, Laurent Esso.

L’auxiliaire de justice, défendant les intérêts du candidat Maurice Kamto (Mouvement pour la renaissance du Cameroun-MRC), arrivé second à la présidentielle du 7 octobre dernier avec 14,23% des suffrages valablement exprimés, était, avec ses coaccusés poursuivie pour avoir, le 27 octobre à Douala, participé à l’organisation de réunions et manifestations sur la voie publique sans en avoir fait la déclaration requise, et après l’interdiction légale des autorités.

Le tribunal leur reprochait également d’avoir incité les populations à résister à l’ordre légitime du gouverneur de la région du Littoral, contre toutes réunions publiques ou manifestations projetées par les militants du MRC sur toute l’étendue de son unité de commandement.


Michèle Ndoki avait tenu tête au Conseil constitutionnel lors du contentieux post-électoral, en dirigeant un mouvement de protestation dénommé «Non au hold-up électoral» contre la réélection proclamée du président sortant, Paul Biya (71,28% des suffrages).



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut