International › AFP

CAN-2019: l’Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile

Pas d'image

Du Caire à Alger, en passant par Paris, Marseille ou Montréal, les mêmes scènes de liesse, les mêmes espérances: l’Algérie, qualifiée pour la finale de la CAN-2019, rêve d’offrir une deuxième étoile africaine à ses supporters, près de 30 ans après l’unique sacre de son histoire.

Le coup franc magistral de Riyad Mahrez, inscrit dimanche dans les dernières secondes de la demi-finale contre le Nigeria (2-1), a provoqué une onde de joie démentielle, qui a rayonné aussi bien au pays des « Fennecs » qu’auprès de la diaspora.

Les supporters des « Fennecs » rêvent désormais de voir cette parenthèse enchantée, et inespérée avant le début de la compétition phare du football africain, s’achever par un point d’exclamation heureux vendredi. Alors qu’un mouvement de contestation inédit rythme la vie des Algériens depuis février…

Au stade du 5 juillet d’Alger où était diffusée la rencontre sur écrans géants, l’enceinte était pleine à craquer dans une ambiance incandescente, entre fumigènes, feux d’artifice, et lumières de smartphones allumés jusqu’au bout de la nuit.

En France, des milliers de personnes, binationaux ou simples sympathisants des « Fennecs », sont de nouveau descendus dans les rues avec des drapeaux pour fêter la troisième qualification en finale de CAN de l’histoire de la sélection.

Des scènes de liesse populaire, du Vieux-Port de Marseille aux Champs-Elysées de Paris, qui rappellent la victoire de l’équipe de France en Coupe du monde, il y a quasiment un an jour pour jour !

– Mahrez, héros tout terrain –

Mais comme après la qualification en demi-finale jeudi, des débordements multiples ont toutefois terni la soirée. En Algérie, cinq personnes, dont au moins trois adolescents, ont péri dans la nuit dans un accident de la route, a rapporté lundi l’agence de presse officielle APS.

En France, un total de 282 personnes ont été interpellées dans la soirée de dimanche, également marqué par les festivités du 14 juillet, a annoncé lundi le ministère de l’Intérieur, malgré les appels au calme des joueurs algériens, en grande majorité nés en France (14 sur 23).

Dans un tweet, un élu du Rassemblement national avait même souhaité avant le match la victoire du Nigeria: « Pour empêcher la poursuite des violences et des pillages, pour éviter la marée de drapeaux algériens, pour préserver notre fête nationale, n’attendez rien de (Christophe) Castaner. Faites confiance aux 11 joueurs nigérians ! ».


« Le coup franc était pour toi, on est ensemble », a répondu Riyad Mahrez sur le réseau social quelques heures plus tard, accompagnant sa missive de deux drapeaux algérien et français, côte à côte. Un message « liké » aussi massivement sur la toile, que le « replay » de la frappe lumineuse du natif de Sarcelles.

« Héroïque », a même titré le quotidien francophone El Watan dans son édition du jour, en mettant le capitaine algérien à l’honneur sur sa Une. « Notre leader nous porte jusqu’à cette finale et on est tous heureux », a encore rendu hommage son coéquipier Aïssa Mandi au micro de beIN Sports.

– « On va faire le maximum » –

Autre nouvel héros populaire: Djamel Belmadi. Objet de toutes les louanges avec cette qualification en finale, la première depuis celle de 1990 remportée à domicile, le sélectionneur des « Guerriers du désert » doit maintenant vivre au rythme des « Belmadi président ».

Une prouesse remarquable, dans un contexte de « dégagisme » touchant les principaux dignitaires du régime dont le nom commence par un « B », à l’image du président par intérim Abdelkader Bensalah et du Premier ministre Noureddine Bedoui.

« Au peuple algérien, je veux dire que je ne suis pas un politicien, pas un faiseur de miracle, pas un sorcier, mais qu’on va se battre comme on s’est battu jusqu’à présent. Voilà ce que je peux promettre. On va faire le maximum », a-t-il déclaré dans son habituel ton mesuré.

Pour tenter de l’emporter vendredi face au Sénégal, Belmadi et ses hommes pourront compter sur une nouvelle marée verte au Caire.

En plus de la dizaine de vols commerciaux déjà mobilisés pour la demi-finale, le ministère de la Défense prévoit de mettre six avions de transport militaire supplémentaire à disposition des supporters algériens. Enième signe qu’il s’agit plus que d’un simple match de foot…



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut