International › AFP

Confronté à une chute de popularité, Poutine devant le Parlement russe

Vladimir Poutine, confronté à une chute de popularité et à une grogne sociale, prononce mercredi son discours annuel devant le Parlement, traditionnellement consacré à ses priorités économiques mais aussi aux menaces sur le pays qu’il dirige depuis 20 ans.

Cette adresse du président russe devant les députés et sénateurs russes sera sa première depuis sa réélection haut la main en mars 2018, pour un quatrième mandat qui s’achève en 2024 et censé être son dernier, selon la Constitution.

Deux semaines avant la présidentielle, le dernier discours devant les deux chambres du Parlement avait été marqué par des promesses de hausse du niveau de vie mais aussi par l’énumération, pendant plus d’une heure, des capacités des nouvelles armes « invincibles » de la Russie sur fond de tensions toujours plus vives avec les Occidentaux.

Du conflit syrien à l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal en Angleterre en passant par l’annexion de la Crimée, la multiplication des crises Est-Ouest a soudé les Russes autour de leur président, réélu avec 76,7% des voix.

Ces derniers mois, M. Poutine, à 66 ans, voit sa popularité jusqu’alors spectaculaire dégringoler sur fond de fronde contre le très impopulaire relèvement de l’âge de la retraite et la hausse au 1er janvier de la TVA qui a dopé les prix alors que les revenus des Russes stagnent à de très bas niveaux.

Selon le centre indépendant Levada, sa cote d’approbation était de 64% en janvier, son plus bas niveau depuis l’annexion de la Crimée il y a tout juste cinq ans, contre encore 80% au moment de sa réélection il y a moins d’un an.

Selon d’autres sondages récents du même organisme, 55% le jugent personnellement « responsable » des problèmes de leur pays et la proportion de Russes pessimistes sur la situation du pays (45%) dépasse celle de ces optimistes pour la première fois depuis fin 2013.

Dans ce contexte, « l’accent principal sera mis sur la politique intérieure et l’économie », assure à l’AFP l’analyste Alexeï Moukhine, directeur du Centre des informations politiques.

– « Sujets positifs » –


« Les sources de croissance, l’efficacité du pouvoir, la corruption, les inégalités » pourraient notamment figurer dans cette adresse annuelle, énumère de son côté l’analyste Dmitri Orlov, directeur de l’Agence des communications économiques et politiques.

« Les menaces extérieures, avant tout la situation avec le traité INF » devraient également être évoquées, souligne-t-il.

La Russie et les Etats-Unis ont suspendu début février — Moscou après Washington — leur participation au traité de désarmement nucléaire INF, en s’accusant mutuellement de violer cet accord crucial signé en 1987 pour mettre fin à la Guerre froide.

La Russie a ensuite annoncé se donner deux ans pour développer de nouveaux missiles terrestres.

Selon M. Moukhine, le président devrait aussi évoquer la situation au Venezuela où le pouvoir de Nicolas Maduro est contesté par le président autoproclamé Juan Guaido et celle en Syrie où le président Bachar al-Assad a repris la quasi-totalité du territoire aux rebelles et jihadistes grâce au soutien militaire russe.

L’essentiel du discours devrait cependant être consacré à des « sujets positifs » comme l’espace, où le vaisseau russe Soyouz reste le seul véhicule à effectuer des vols habités vers l’ISS, ou encore le développement du bénévolat, selon des sources haut-placées citées par la chaîne de télévision russe Dojd.

« Cette fois, l’adresse doit porter sur les +gens+, parler des moyens de résoudre les problèmes économiques et sociaux accumulés jusqu’ici et des façons de se rapprocher du règlement de ces problèmes », a affirmé à Dojd une source proche de l’administration du parti au pouvoir Russie unie.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut