International › APA

Côte d’Ivoire: les enjeux du dossier médical digitalisé au menu de la 1ère édition du «Café de la santé solidaire»

Pas d'image

La première édition du «Café de la santé solidaire», un cadre d’échanges entre acteurs et décideurs du domaine de la santé, s’est tenue vendredi à Abidjan sur les « enjeux technologiques et éthiques du dossier médical digitalisé», a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne. Cette rencontre initiée par le Programme d’appui aux stratégies mutualistes de santé (PASS), a réuni une cinquantaine de décideurs et d’acteurs du domaine de  la santé. Deux présentations, ont notamment meublé cette activité.  La première faite par le médecin cardiologue Dr Florent Diby Kouakou a porté sur la télémédecine.

« L’e-santé et la télémédecine constituent l’avenir de la médecine moderne »,  a résumé Dr Kouakou au terme de sa communication, soulignant la nécessité d’améliorer l’accès à la santé grâce à l’innovation digitale. «La télémédecine ne vient pas bouleverser la médecine », assure le cardiologue, rappelant que depuis mars 2018, la Côte d’Ivoire a une loi qui réglemente la télémédecine.

La deuxième communication de cette rencontre a été prononcée par Brahima Traoré, le directeur  exécutif de la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’État de Côte d’Ivoire (MUGEF-CI). Ce dernier a présenté la « carte unique et intelligente » de cette institution.

«La carte unique et intelligente de la MUGEF-CI permet d’identifier le patient, d’accéder aux prestations, d’avoir accès au dossier médical du patient, d’utiliser les guichets automatiques, de bénéficier des tarifs référentiels et d’acheter en ligne», a expliqué M. Traoré.

 Il a, également indiqué que cette carte « qui va être le moyen d’identification des bénéficiaires et d’accès aux prestations de la MUGEF-CI, s’inscrit dans la vision de la transformation digitale de la mutuelle et la dématérialisation des actes médicaux ». Le directeur exécutif de la MUGEF-CI a,  par ailleurs, annoncé que


«Nous sommes en train de nous organiser pour lancer l’opération de masse de cette carte des mutualistes ».  Cette « carte unique et intelligente », a conclu M. Traoré, va « améliorer la qualité des prestations, réduire la fraude et faciliter la vie des mutualistes ».

Pour sa part, Jean-Philippe Huchet au nom du PASS, a salué la qualité des interventions lors de cette rencontre annonçant que son institution organisera en mars prochain, une journée de la femme mutualiste. Le PASS, basé à Abidjan, intervient également dans les sept autres pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Cette institution concoure entre autres, à la structuration du mouvement mutualiste au niveau sous-régional, à la création et le développement des mutuelles et au développement d’outils de gestion de prestations et d’outils de gestion d’offres de santé mutualistes. 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut