International › APA

Coton: la Côte d’Ivoire, 3è producteur africain, a atteint plus de 450 000 tonnes en mai

Pas d'image

La Côte d’Ivoire, 3è producteur africain de coton, a atteint début mai plus de 450.000 tonnes pour la campagne 2018-2019, a indiqué jeudi à Abidjan, Adama Coulibaly, le directeur général du Conseil coton-anacarde, organe chargé de la réguler la filière, lors d’une conférence de presse.La campagne s’achève avec « une hausse de la production de coton  graine qui passe de 412 646 tonnes en 2017-2018 à 458 762 tonnes en  2018-2019, soit une hausse de 11,2% », a précisé Adama Coulibaly,   indiquant que « 442 800 tonnes avaient été projetées soit 103,6% de  réalisation des objectifs ».  

Les résultats de  la filière,  dira-t-il, sont « très encourageants en termes  d’engouement des producteurs, d’accroissement des superficies et de la  production même si les rendements sont légèrement en baisse » à ce jour.  Toutefois, le bilan définit devrait être connu bientôt.  

Pour  la campagne coton 2018-2019, le Conseil coton-anacarde enregistre une  hausse du nombre de producteurs qui passe de 88 522 en 2017-2018 à  102 860 en 2018-2019, soit une augmentation de 14 338 et 16,2% de nouveaux producteurs de coton.  

Les  superficies ont aussi connu une augmentation, passant de 327 204  hectares en 2017-2018 à 392 131 en 2018-2019, soit une hausse de 19,8%.  Trois cent soixante neuf mille (369 000) ha avaient été projetés,  soit  106,3% des objectifs. 

La campagne du coton  2018-2019 en Côte d’Ivoire, 3è année de mise en œuvre du zonage, a  enregistré une « couverture insuffisante des besoins en intrants des  producteurs» notamment dans les zones concédées à la société SICOSA  2.0. 

Vu les « faiblesses des rendements dans  les zones attribuées à SICOSA 2.0 (1 031 Kg/ha contre une moyenne  nationale de 1 261 Kg/ha) » et le «risque d’augmentation du taux  d’endettement des OPA (Organisations professionnelles agricoles) du fait de la baisse de revenus des producteurs »,  l’agrément lui a été retiré.  


Selon M. Adama  Coulibaly, SICOSA 2.0 avait « la Zone exclusive d’activité (ZEA) numéro 4  » qui « couvre la sous-préfecture de Karakoro, Nataha, Soho et tout le  département de Sinématiali avec ses quatre sous-préfectures ». Elle  accuse des « non-paiements de ristournes ». 

Cette  zone représente près de 18 000 ha et 11 à 12 000 producteurs de coton.  L’agrément a été retiré à SICOSA pour ses contre-performances, car  l’entreprise enregistrait des « retards dans le paiement des décades de  2017 payées en juillet 2018 tandis que celles de 2018 ne sont pas  entièrement payées ». 

 La zone a été donnée à un  nouvel opérateur, la Compagnie ivoirienne du coton. Avec qui le Conseil  va signer un avenant puisque qu’ il a déjà une convention avec elle et  des engagements précis seront pris avec cette compagnie puisque SICOSA  2.0 dispose d’une société d’égrenage et les emplois devraient être  préservés,  a fait savoir M. Coulibaly. 

La  Côte d’Ivoire a récupéré la troisième place à la suite de la campagne  2018-2019. Le pays a dépassé pour la première fois le Burkina Faso qui  était premier, il y a deux ans, et qui est passé deuxième l’année  dernière. Le Burkina enregistre «aujourd’hui 436 000 tonnes (contre  600 000 tonnes il y a deux ans).»  

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut