InternationalAPA




CPI: reprise du procès de Gbagbo avec un espoir de libération chez ses partisans

Le procès de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo et de son ex-ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé, a repris…

Le procès de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo et de son ex-ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé, a repris lundi à la Cour pénale internationale ( CPI) en présence des deux détenus après plusieurs mois de suspension.Huit mois après l’audition du dernier témoin de l’accusation, la  reprise de ce procès suscite beaucoup d’espoir chez les partisans de M. Gbagbo qui sont convaincus que lui et son coaccusé, pourraient recouvrer  bientôt la liberté. 

Selon bon nombre d’entre eux, à la faveur de cette  reprise,  l’ex-président ivoirien  pourrait demander l’acquittement à la  Cour pour insuffisance de preuves à son encontre. La chambre de  première instance de la CPI, rappelle-t-on, a refusé une dizaine de  fois,  d’accorder la liberté provisoire à l’ancien président ivoirien  malgré l’insistance de son conseil qui évoquait au soutien de la plupart  de ces  requêtes des « raisons de santé ». 

La Cour par contre, a estimé  que conformément au rapport médical du célèbre détenu mis à jour,  celui-ci a « une santé stable et qu’il reçoit un traitement  optimal». L’ex-chef d’État ivoirien, Laurent Gbagbo et son ex-ministre  de la jeunesse, Charles Blé Goudé sont poursuivis devant la CPI pour  quatre chefs de crimes contre l’humanité (meurtre, viol, autres actes  inhumains, tentative de meurtre et persécution) commis pendant la crise  postélectorale ivoirienne de décembre 2010 à avril 2011 qui a fait  officiellement 3000 morts. 

Laurent Gbagbo âgé de 73 ans est détenu au  pénitencier de la Haye depuis novembre 2011 tandis que son coaccusé y  séjourne depuis mars 2014. Les affaires à l’encontre des deux hommes ont  été jointes le 11 mars 2015. 

Le procès s’est ouvert le 28 janvier 2016  et les deux détenus ont tous les deux plaidé non coupables. La  présentation des preuves du procureur à l’encontre de M. Gbagbo et de  son ex-ministre de la jeunesse a duré presque deux ans et s’est achevée  le 19 janvier dernier avec l’audition du 82è témoin de l’accusation.