International › APA

Douze étudiants enlevés par des sécessionnistes camerounais

Au total, douze étudiants, dont cinq filles de l’université camerounaise de Bamenda (Nord-Ouest) ont été enlevés, mardi, au sein de leur campus par des sécessionnistes anglophones, a appris APA mercredi de sources concordantes.Les insurgés, en grand nombre, ont fait irruption dans l’enceinte de l’établissement et tiré tirant en l’air, semant la panique sur leur passage et prenant au collet les traînards.

Dans la soirée, une vidéo postée sur les réseaux sociaux par leurs ravisseurs, présentait de jeunes otages à la mine déconfite, alignés contre un mur dans une maison abandonnée.

Les sécessionnistes, qui se réclament de la «République d’Ambazonie», mais dont on ne voit pas les visages, déclarent en fond sonore vouloir passer un «message fort» aux autres étudiants de ladite université d’État, à qui ils ont demandé de ne plus se rendre au campus et qui s’entêtent.

Les kidnappeurs ont néanmoins promis de les libérer, tout en menaçant de tuer les prochains étudiants surpris dans le campus car, ne respectant pas le mot d’ordre d’«école morte» jusqu’à la libération de l’Ambazonie.


En novembre dernier, les sécessionnistes avaient enlevé puis relâché une centaine d’élèves du secondaire dans la même région, une façon selon plusieurs observateurs de semer la psychose et obtenir la fermeture des écoles.

L’assaut des sécessionnistes sur l’université de Bamenda intervient quelques jours après la création, par décret présidentiel, du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration visant à ramener, au sein de la famille, ceux qui ont pris les armes contre le Cameroun dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais dont les séparatistes semblent faire peu de cas.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut