International › AFP

Elections au Nigeria: l’amour « à la merci de la Nation »

Pas d'image

Tout était prêt pour le grand jour. Jude Ezeanyagu n’avait plus qu’à envoyer un dernier message à ses invités leur rappelant son mariage, samedi, dans sa région natale, le Delta, dans le sud du Nigeria. Quand la nouvelle est tombée.

« Mes amis m’ont répondu: +T’es pas au courant? Ils ont décalé les élections+ » présidentielle et législatives, raconte-t-il l’AFP. « Je n’en avais pas la moindre idée ».

La semaine dernière, la commission électorale nationale a pris tout le monde de court en annonçant quelques heures avant l’ouverture prévue, samedi dernier, des bureaux de vote, alors que la plupart des Nigérians dormaient encore à poings fermés, le report du scrutin à la semaine suivante pour des raisons logistiques.

Cette annonce in extremis a bouleversé le pays dans ses habitudes. Dont la plus importante de toutes: les fêtes de mariage les samedis après-midi.

S’il y a bien une chose qui réunit les 190 millions de Nigérians malgré leurs différences ethniques, religieuses et leurs divergences politique, c’est le faste de leurs mariages et la passion avec laquelle ils s’investissent dans leur organisation.

Cela fait deux ans que Jude Ezeanyagu et sa fiancée, Jessy, préparent leur union pour que tout soit parfait. Fin 2018, ils avaient justement choisi la date en fonction du calendrier électoral officiel.

Organiser un mariage coûte cher, et les couples dépensent souvent toutes leurs économies dans la cérémonie, afin d’impressionner leurs centaines d’invités.

Jude a déjà déboursé plus d’un million de nairas (2.440 euros) et ce que lui coûtera l’annulation du mariage est « inestimable », se lamente le consultant en nouvelles technologies.

Non seulement les couples qui devaient s’unir samedi vont perdre beaucoup d’argent, mais en plus, certains de leurs invités ne pourront probablement pas faire le déplacement à la nouvelle date programmée.

« C’est juste une immense perte », a-t-il commenté.

– ‘A la merci de la nation’ –

Au registre fédéral des mariages, dans le quartier huppé d’Ikoyi, à Lagos, des jeunes mariés prennent la pose entouré de leur famille et amis après s’être dit « oui ».

A l’intérieur, les employés bavardent tout en rangeant des piles de documents administratifs, tandis que d’autres fiancés attendent patiemment leur tour.


Des fonctionnaires sur place affirment avoir déjà reçu reçu plusieurs coups de fil de personnes voulant annuler leur cérémonie de mariage prévue le 23 février.

« Nous sommes à la merci de la nation! », raconte l’un d’entre eux, affirmant que le report du scrutin entrainait un véritable chaos administratif.

« Cela n’est pas facile pour beaucoup d’entre eux, même pour nous qui gérons » le registre, a-t-il ajouté sous couvert d’anonymat.

Environ 50 mariages devaient être célébrés samedi et personne ne semble savoir combien pourront bel et bien avoir lieu.

Se marier un jour d’élection est une mission quasi-impossible au Nigeria, où toute l’activité du pays est mise en suspens. Les frontière aériennes et terrestres sont fermées, des barrages routiers parsèment les grands axes avec interdiction de circuler sur tout le territoire, tant que les bureaux de vote sont ouverts.

Les entreprises, elles aussi, vont probablement en prendre un coup: un hôtel de la ville de Calabar, dans le sud-est, a ainsi confié devoir rembourser 250.000 nairas à un couple prévoyant de se marier samedi.

Le pays producteur de pétrole se relève à peine de la grave récession économique dans laquelle il avait plongé en 2016 à cause de la chute des cours du baril et des sabotages de groupes rebelles sur ses infrastructures pétrolières dans la région du Delta.

Les conditions de vie restent très dures pour l’immense majorité des quelque 190 millions d’habitants, et les prévisions de croissance pour cette année (2% selon le FMI) modestes.

Selon Kemi Akinolotu, qui dirige une agence d’évènementiel, Eventories, les mariages des riches Nigérians ne sont pas vraiment affectés, alors que les couples modestes ont du revoir leurs budgets à la baisse.

« Beaucoup de gens dépensent moins maintenant », a-t-elle déclaré. « L’économie a vraiment affecté les affaires et le type de mariage que les gens peuvent s’offrir. »

Et pour les couples qui se heurtent au calendrier électoral, l’incertitude n’est pas prête de se dissiper.

« Personne ne fait confiance (à la commission électorale) parce que quelques jours seulement avant les élections, ils se disaient prêts mais ils ont changé à la dernière minute », a-t-elle affirmé. « Beaucoup de gens sont gravement affectés ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut