International › APA

Energies renouvelables: Convention-cadre de coopération entre le Maroc et le Burkina-Faso

Le Maroc et le Burkina Faso ont récemment signé une convention-cadre de partenariat pour le développement de projets d’énergies renouvelables en vue de porter la pénétration des énergies renouvelables dans le mix énergétique à des niveaux appréciable, indique un communiqué de MASEN parvenu lundi à APA.Signé par le président de l’Agence marocaine de l’Energie solaire (MASEN), Mustapha Bakkoury et ministre burkinabais de l’Energie, Bachir Ismaël Ouedraogo, cet accord vise à renforcer le socle de coopération entre les deux pays portant notamment sur les échanges d’informations, d’expertises, d’expériences et de savoir-faire dans le domaine.

Lors de son séjour au Maroc, le ministre burkinabè a effectué une visite au complexe solaire Noor Ouarzazate. Le ministre s’est dit « émerveillé par la taille et la qualité de l’investissement. Il a fortement apprécié cette performance du Maroc qui constitue une fierté africaine »

De son côté, le président de MASEN, a souligné que son institution croit « fermement » que le partage d’expertise et de savoir-faire avec « nos voisins du Sud et du Nord, est essentiel au développement technologique et économique des énergies renouvelables, afin d’en faire des technologies compétitives et accessibles ».

Avec 3.000 heures d’ensoleillement par an et une irradiation moyenne de plus de 5 KWh/m², le Maroc dispose d’un potentiel solaire considérable. Le pays entend exploiter massivement cette énergie propre et inépuisable dans les dix prochaines années. L’objectif affiché du Royaume est de diminuer sa dépendance énergétique vis-à-vis de l’extérieur en passant de 95 % à 85 % à l’horizon 2020. L’Etat s’est ainsi fixé pour objectif de produire 14 % de ses besoins en électricité via l’énergie solaire.

Deux types d’énergie solaire sont produits au Maroc: le solaire thermique et le solaire photovoltaïque.Le projet intégré de production électrique solaire lancé en 2009 prévoit l’installation, entre 2015 et 2020, d’une capacité de 2.000 MW pour un coût estimé à 6,2 millairds euros.


Les coûts de production de l’énergie électrique issue du solaire sont 2 à 3 fois plus élevés que ceux de l’énergie électrique dite classique.

Inaugurée en 2010, la centrale thermo-solaire d’Aïn Beni Mathar située à 86 km au sud d’Oujda (Est) dispose d’une puissance totale de 472 MW, dont 20 MW à partir de la composante solaire. Elle permet une économie de fioul annuelle de 12.000 tonnes.

Avec le projet NOOR, prévoyant la création d’un parc solaire thermodynamique d’une capacité de 560 MW à Ouarzazate, le Maroc poursuit son ambitieux plan de développement. La première phase du complexe, NOOR I, a été inaugurée en août 2015.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut