International › AFP

Espagne: les cinq principaux candidats aux élections

Du chef du gouvernement socialiste sortant Pedro Sanchez à son opposant conservateur Pablo Casado en passant par le leader d’extrême droite Santiago Abascal, voici les cinq principaux candidats qui s’affrontent dimanche lors des élections espagnoles.

. PEDRO SANCHEZ, Parti socialiste (PSOE), 47 ans:

Il est le grand favori des sondages qui ne le créditent pas toutefois d’une majorité suffisante pour gouverner.

Après avoir enregistré l’un des pires résultats des socialistes aux élections de 2016, M. Sanchez s’est hissé au pouvoir en juin grâce à une motion de censure contre le conservateur Mariano Rajoy, coulé par la condamnation de son parti dans un scandale de corruption.

A la tête d’un gouvernement minoritaire, soutenu par une majorité hétéroclite (gauche radicale, nationalistes basques et indépendantistes catalans), cet économiste de formation a été contraint de convoquer des élections après avoir été lâché sur le budget par les séparatistes catalans avec lesquels il a tenté de dialoguer sans succès.

A la tête de l’exécutif le plus féminin de l’histoire espagnole, Pedro Sanchez a frappé un grand coup en Europe dès son arrivée au pouvoir en acceptant d’accueillir les 630 migrants de l’Aquarius. Après des années d’austérité sévère, il a augmenté le salaire minimum de 22%.

. PABLO CASADO, Parti populaire (PP), 38 ans:

Il est devenu en juillet le plus jeune chef de la formation conservatrice.

Chargé de la communication du PP sous Mariano Rajoy, ce diplômé en droit au sourire mécanique a fait prendre un virage à droite toute à sa formation et scellé une alliance avec l’extrême droite de Vox et les libéraux de Ciudadanos en Andalousie (sud) pour chasser les socialistes de leur fief historique.

Si une telle alliance se reproduisait au niveau national et obtenait la majorité dimanche, Pablo Casado – qui a mené une campagne très agressive contre Pedro Sanchez, l’accusant d’avoir trahi l’Espagne en dialoguant avec les séparatistes catalans – pourrait devenir le plus jeune chef du gouvernement espagnol de l’histoire. Mais les sondages lui prédisent une déroute.

. PABLO IGLESIAS, Podemos, 40 ans:


Cet ancien professeur de sciences politiques anticonformiste à la queue de cheval cherche un second souffle après avoir contribué en 2015 à la fin du bipartisme, avec Ciudadanos. Selon les sondages, sa formation de gauche radicale Podemos pourrait voir son nombre de députés réduit de moitié.

Né dans la lignée du mouvement anti-austérité des Indignés, Podemos, qui aimerait sceller une alliance avec les socialistes, est aujourd’hui miné par les divisions internes. Pablo Iglesias a aussi été affaibli par la polémique sur sa villa à 600.000 euros achetée l’an dernier avec sa compagne Irene Montero, numéro deux du parti.

. ALBERT RIVERA, Ciudadanos, 39 ans:

Le Barcelonais de centre-droit au physique de « startuper » défend bec et ongles l’unité de l’Espagne face aux séparatistes catalans et un programme très libéral sur le plan économique mais aussi en matière de moeurs.

Entré avec force au parlement en 2015 et parfois comparé au président français Emmanuel Macron, le chef de la quatrième force politique espagnole a longtemps misé sur le dépassement du clivage gauche-droite.

Mais Albert Rivera, qui a changé de cap en droitisant son discours, refuse cette fois toute alliance avec Pedro Sanchez, avec qui il avait pourtant tenté sans succès de former un gouvernement en 2016, et tend la main au PP.

. SANTIAGO ABASCAL, Vox, 43 ans:

Cet ancien militant du PP menacé par l’ETA dans sa jeunesse a créé la surprise avec Vox, formation ultra-nationaliste, anti-immigration et anti-féministe créditée de plus de 10% des voix dans un pays où l’extrême droite était quasi inexistante.

Marginal il y a à peine quelques mois, Santiago Abascal, barbe impeccablement taillée et regard perçant, a bénéficié de son discours très dur contre le séparatisme catalan. Marquant l’agenda médiatique à coup de propositions polémiques, il fustige les médias classiques et se sert massivement des réseaux sociaux pour faire campagne.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut