International › AFP

Gouvernement suédois: les députés votent contre le Premier ministre sortant

Le parlement suédois a voté vendredi contre la nomination du Premier ministre sortant Stefan Löfven à la tête du nouveau gouvernement, plus de trois mois après des élections législatives qui ont conduit le pays dans l’impasse politique.

Sans surprise, 116 députés ont voté pour et 200 ont voté contre le social-démocrate Stefan Löften, qui avait été proposé par le président du Parlement Andreas Norlén.

Stefan Löfven et le chef de file de la droite Ulf Kristersson ne sont pas parvenus à former un gouvernement recueillant le soutien de la majorité parlementaire.

Le bloc social-démocrate de Stefan Löfven est resté la première formation du pays en termes de sièges au Parlement après les législatives du 9 septembre. Sa coalition rouge-vert a conservé un siège d’avance sur le bloc de centre-droit, avec 144 parlementaires contre 143 sur 349. Cette courte avance est cependant insuffisante pour former une coalition apte à diriger le Riksdag, où 175 députés sont nécessaires pour former une majorité.

Les deux camps ont refusé de s’allier avec le parti d’extrême-droite Les démocrates de Suède, troisième formation du pays avec 17,6% des suffrages, qui dispose de 62 sièges.

Le Premier ministre avait été démis fin septembre lors du vote d’une motion de censure par l’Alliance du centre et de la droite, avec les voix de l’extrême droite. Stefan Löfven reste depuis Premier ministre par intérim.

Il avait ouvert un dialogue trans-parti dans l’espoir de former un gouvernement minoritaire appuyé de manière informelle par le Parti du centre et les Libéraux, jusque-là membres de la coalition de centre-droit l’Alliance.


Mais le Parti du centre s’est retiré des discussions cette semaine, à cause d’un désaccord concernant la législation du marché du travail, brisant les espoirs de Stefan Löfven.

En Suède, le président du Riksdag dispose de quatre tentatives pour proposer un Premier ministre qui sera approuvé par le Parlement. Si les quatre tentatives échouent, de nouvelles élections doivent avoir lieu.

Le vote de vendredi constituait la deuxième tentative, le Parlement ayant déjà rejeté le 14 novembre la candidature d’Ulf Kristersson.

Pour le président du Riksdag, la Suède se rapproche de nouvelles élections. « Je le regrette et je vais faire tout ce qui est possible pour l’empêcher, mais si les partis préfèrent déclencher une nouvelle élection plutôt que d’agir en vue de donner un nouveau gouvernement à la Suède, je ne vais pas leur barrer le chemin », a-t-il déclaré.

M. Norlén a indiqué prendre de ce fait des mesures préliminaires en prévision d’éventuelles élections.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut