International › APA

La réponse à la crise pandémique au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce lundi se focalisent sur le déconfinement, la réponse du Maroc à la crise pandémique et le rôle sociétal de l’école.+L’Opinion+ écrit que Les spéculations les moins fantaisistes prédisent un prolongement quasi-certain de l’état d’urgence sanitaire dont les effets socioéconomiques désastreux se conjuguent aux impacts psychologiques.

Néanmoins, quelques indices laissent à penser que les autorités réfléchissent déjà à des scénarios de déconfinement, signale le quotidien, citant la décision de rendre obligatoire le port des masques de protection sanitaire couplée à la réorientation de certains fleurons de l’industrie mourante du textile pour la production massive de ces masques.

A ceci s’ajoute, selon lui, l’élargissement de plus en plus évident des diagnostics qui sous-entend une volonté de basculer vers une souhaitable politique de dépistage de masse.

+Al Bayane+ indique que tout en se tenant serein et décrispé, le Maroc poursuit son bonhomme de chemin, en étant conscient de ce qu’il l’attend dans les semaines à venir, notant que le pays sait que le pic est imminent et redouble d’effort, en passant, au fur et à mesure, à la vitesse supérieure.

Le Maroc ne cesse de tâter le pouls du peuple, en allant prolonger l’indemnisation aux cas exceptionnels, gracier une flopée de détenus, se doter d’équipements et se procure la devise nécessaire en vue de gérer au mieux sa balance financière, explique la publication.

En définitive, le Royaume, poursuit-il, se démène comme bon lui semble, en se fiant au patriotisme des citoyens et en luttant sans merci à l’encontre des resquilleurs qui violent l’état d’urgence sanitaire.

Pour sa part, +Aujourd’hui le Maroc+ souligne que si le Maroc n’avait pas décidé, il y a quelque années, de muscler son agriculture, il aurait été impossible d’assurer l’approvisionnement du marché et la disponibilité des produits pour les millions de confinés.


La réponse du Maroc à la crise pandémique a globalement bien fonctionné, estime la publication, relevant que les opérateurs économiques privés, les administrations, les établissements publics ainsi que les institutions financières…ont plus au moins éprouvé des mécanismes de concertation qui permettent une action collective et efficace.

La pandémie actuelle est un véritable crash-test pour l’économie mondiale et le Maroc n’y a pas fait mauvaise figure, conclut-il.

+Bayane Al Youam+ prévient qu’au lieu de chercher à s’enrichir sur le dos de ses élèves, certaines écoles privées devraient assurer la continuité des cours et l’enseignement à distance. Il y va de leur rôle sociétal !. 

La crise sanitaire qui a secoué le pays nous invite encore une fois à repenser l’école publique, à renforcer sa compétitivité et son attractivité, ajoute le journal indiquant que c’est l’enseignement public qui garantit l’égalité des chances entre les différentes couches sociales, inculque les valeurs de patriotisme et permet l’ascension sociale.

Il y a lieu de saluer les efforts louables du corps professoral national qui travaille d’arrache-pied pour réussir le dispositif d’enseignement à distance, enchaîne le quotidien.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut