International › APA

L’affaire contre OCP Kenya classée

Pas d'image

Le Procureur général kényan a classé l’affaire contre OCP Kénya et quatre de ses responsables et ordonné de libérer inconditionnellement le chargement d’engrais retenu à Ballore Warehouse et entreposé à OCP (K) Limited, annonce jeudi la presse kényane, citée par les médias électroniques marocains.Une procédure pénale se déroulait devant ce tribunal dans le cadre d’une accusation d’escroquerie à la qualité. Cette accusation avait été récusée par OCP qui avait fourni des échantillons et des résultats d’analyses de conformité.

Selon Alexander Muteti, directeur adjoint du parquet, la décision a été prise après que les parties eurent conclu un accord. Les poursuites pénales contre le personnel OCP ont été annulées sur le champ.

L’affaire avait démarré le 22 juin dernier lorsqu’une dizaine de responsables du bureau kényan des normes (Kebs) ont été arrêtés et présentés à la Justice. Parmi eux, le directeur Charles Ongwae. Leur arrestation est effectuée dans le cadre d’une « affaire criminelle ». Ils étaient accusés d’avoir fait introduire frauduleusement au Kenya des engrais marocains non conformes et contenant du mercure.

La quantité incriminée est de 5.800 tonnes. Selon l’accusation, deux tests de laboratoire ont indiqué que ces fertilisants non seulement se situent en-dessous des normes mais contiennent des matières dangereuses susceptibles d’être toxiques pour l’environnement et la santé.


Selon des informations de la presse kényane, trois membres de la direction d’OCP Kenya ont été également mis en cause. Selon nos propres indications, ils ne se trouvaient pas au Kenya au moment des faits et n’ont pas été inquiétés.

Le 24 juin, OCP avait réagi par un communiqué indiquant que « ces fertilisants spécifiques ont été produits pour le marché local avec la validation de laboratoires kenyans, et ont montré leur efficience auprès des agriculteurs locaux ».

OCP ajoutait que « la conformité de la cargaison a été attestée par plusieurs expertises indépendantes, menées par des sociétés d’inspection de renommée internationale telles que SGS, Bureau Veritas et Cropnuts ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut