International › AFP

L’avocat d’Asia Bibi dit avoir quitté le Pakistan « contre son gré »

L’avocat de la Pakistanaise chrétienne Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème puis acquittée, a affirmé lundi à La Haye avoir quitté son pays sous la contrainte de l’ONU et de l’UE, qui craignaient pour sa sécurité.

Lors d’une conférence de presse, Saif-ul-Mulook a expliqué avoir contacté un responsable des Nations unies à Islamabad après que l’acquittement historique d’ par la Cour suprême a provoqué la fureur des milieux extrémistes musulmans.

« Ils (l’ONU) et les ambassadeurs des nations européennes à Islamabad m’ont gardé pendant trois jours et puis m’ont mis dans un avion contre mon gré », a déclaré l’avocat, qui a quitté le Pakistan samedi et se trouve à présent aux Pays-Bas.

« Je leur ai dit que je ne quitterais pas le pays tant qu’Asia ne serait pas sortie de prison », a-t-il insisté.

« Je ne suis pas heureux d’être ici sans elle mais tout le monde a dit +Non, tu es la cible principale pour le moment et le monde entier s’occupe d’Asia Bibi. »

« Ils étaient d’avis que ma vie était en danger imminent. Pendant trois jours, ils ne m’ont pas laissé ouvrir la porte », a ajouté l’avocat.

Samedi, Saif-ul-Mulook avait annoncé quitter le Pakistan en disant craindre pour sa vie face aux menaces d’islamistes radicaux. « Dans le scénario actuel, il ne m’est pas possible de vivre au Pakistan », avait-il déclaré à l’AFP avant d’embarquer à bord d’un avion.

Après un bref passage à Rome, l’avocat est arrivé à La Haye durant le week-end avec l’aide de la fondation néerlandaise HVC, qui défend les droits des minorités chrétiennes.

– « Bout de papier » –

Le sort d’Asia Bibi, condamnée à mort en 2010 pour blasphème, reste incertain après le dépôt d’un recours contre son acquittement.


La libération de cette chrétienne a été remise en question à la suite d’un accord controversé conclu entre les autorités et des manifestants islamistes qui paralysaient le pays.

« Ce compromis n’est rien d’autre qu’un bout de papier qui peut être jeté à la poubelle », a estimé Saif-ul-Mulook, affirmant qu’Asia Bibi serait « à 100 pour cent » libérée bientôt. Après la décision de la Cour suprême, les autorités pakistanaises « ne peuvent pas la garder ».

L’avocat, qui se dit « légalement autorisé » à choisir un pays pour sa cliente dans l’éventualité où elle pourrait quitter le Pakistan, n’a pas été en mesure d’indiquer si elle avait reçu une offre d’asile concrète.

D’après Saif-ul-Mulook, un responsable de l’ONU lui a assuré « s’occuper » d’Asia Bibi mais n’a pas évoqué de pays d’accueil potentiel pour des raisons de sécurité.

« J’ai demandé à l’ambassadeur français si son pays serait prêt à offrir l’asile à Asia Bibi. Il a dit +si vous en faites la requête légalement+ et j’ai répondu +je la fais+ », a expliqué l’avocat.

Lundi soir, la maire de Paris Anne Hidalgo a exhorté la France à « intervenir auprès du Pakistan » pour qu’il autorise la chrétienne Asia Bibi à « se réfugier dans un autre pays », se disant « prête à l’accueillir » dans la capitale française.

Un représentant de l’Union européenne a également réagi lundi, estimant comme « très important que ce long processus judiciaire soit achevé ».

« L’UE attend du gouvernement pakistanais qu’il prenne les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de tout citoyen pakistanais, y compris bien sûr de Mme Bibi », a déclaré à Bruxelles le porte-parole de la Commission européenne Carlos Martin Ruiz De Gordejuela.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut