Politique › Justice

Le Sénégal va vulgariser son cadre juridique sur le Waqf (responsable)

La Haute autorité du Waqf (HAW) du Sénégal va lancer bientôt une campagne de communication autour de ce concept « méconnu » de la finance islamique en vue de vulgariser dans ce sens le cadre juridique adopté par le pays depuis 2015, a annoncé lundi à Dakar, le directeur de cabinet du ministre chargé du Budget.« Le concept (Waqf) est largement méconnu dans notre pays tout comme le cadre juridique (loi nº2015-11 du 06 mai 2015) mis en place », a reconnu Mamadou Sarr, au cours de l’atelier de partage de connaissance avec l’administration fiscale sénégalaise et les cadres du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, marquant le démarrage officiel de la campagne de communication sur le Waqf.

« C’est ainsi qu’il sera organisé d’ici le mois de décembre une série d’ateliers de sensibilisation avec le secteur privé, secteur financier, la société civile, les oulémas, les élus locaux, les juges, les universités, la presse. Elle sera associée à une campagne médiatique pour la communication de masse », a assuré la directrice de la Haute autorité du Waqf (HAW), Oulimata Diop.

Le Waqf, défini comme tout bien dont la nue-propriété est immobilisée à perpétuité ou à temps et dont la jouissance est affectée à une œuvre de charité et de bienfaisance publique ou privée, est « un levier de financement important », a poursuivi le Dircab du ministre du Budget, rappelant par ailleurs que le Sénégal est « le premier pays en Afrique de l’ouest » à se doter d’un cadre juridique sur le Waqf et d’une institution publique dédiée (HAW).

A la suite de cette « avancée » faite par son pays depuis 2015, la directrice de la Haute autorité du Waqf (HAW), Oulimata Diop, a souligné qu’un « Waqf immobilier va être érigé au niveau du centre-ville » et ses revenus locatifs serviront au financement du projet de modernisation des daaras (écoles coraniques).

Ce projet sera mené en partenariat avec la Banque islamique de développement (BID), a précisé Mme Diop, ajoutant que le Waqf, au-delà d’être « un acte pieux », est un « instrument de lutte contre la pauvreté ».

Saluant pour sa part la « qualité de la coopération » entre son institution et le Sénégal, la représentante du Groupe de la BID, Khadijah Diallo, a estimé que cette coopération a été « un modèle de réussite » particulière dans le domaine du Waqf.


« Je dois dire que, s’il y a un pays au sein de nos membres issus de l’Afrique de l’ouest qui a réalisé le plus grand progrès dans le cadre du développement de la finance islamiques, c’est bien le Sénégal », a-t-elle déclaré.

Elle a également indiqué que la BID essaye « d’exporter » le modèle de réussite sénégalais du Waqf vers ces autres pays membres « et dont eux-mêmes sont devenus demandeurs ».

« La réussite du Sénégal sera la mesure de notre réussite et celle de l’accompagnement que nous pourrions faire pour des pays comme la Guinée , la Guinée-Bissau, le Niger et le Bénin, tous désireux de se doter du cadre réglementaire et institutionnel adéquats, à l’image du Sénégal, pour le développement de l’instrument du Waqf », a indiqué Khadijah Diallo.

Par ailleurs, elle a noté que la BID va « continuer à soutenir les efforts du Sénégal » sur le Waqf, à travers l’assistance technique à la HAW pour une « parfaite maîtrise » de cet instrument de finance islamique et « en faire un outil efficace de financement du développement ».


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut