International › APA

Les sujets qui fâchent en couverture des journaux camerounais

Les sujets qui fâchent s’amoncellent dans les colonnes des journaux camerounais parus mercredi, aussi sur le plan social, politique, économique que de la fameuse «Françafrique».Voici une alerte qu’il va sans doute devoir prendre au sérieux, et qui s’affiche en grande manchette de Mutations : la couleur jaunâtre de l’eau courante, qui inquiète : peu convaincus de la qualité du liquide qui sort de leurs robinets depuis des mois, certains consommateurs ont recours, entre autres, aux méthodes de filtration et à l’eau minérale.

Ironique coïncidence : le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, en grande ouverture, publie une image d’habitants d’un quartier pauvre à la recherche de l’eau potable, agglutinés devant des citernes de fortune, avec leurs dizaines de bidons et de bassines multicolores.

Pour ce coup-là, explique le journal bilingue, c’est la satisfaction des populations en services de base, objet de prescriptions du chef de l’État au gouvernement, à l’occasion du Conseil ministériel du 16 janvier dernier, qui s’avère plus que jamais comme un impératif.

Heureux hasard, sans doute, souligne L’œil du Sahel, l’eau potable est désormais disponible dans les robinets dans la localité de Waza (Extrême-Nord), après 50 ans de promesses des pouvoirs publics.

Les secteurs de l’énergie, de l’eau et de l’environnement constituent la toile de fond des 17 Objectifs de développement durable (ODD) que chaque pays africain devrait prendre en compte dans la réalisation des projets de développement, renchérit InfoMatin.

S’agissant spécifiquement du Cameroun, The Guardian Post, fort opportunément et exemples à l’appui, invite le gouvernement à se pencher instamment sur le phénomène d’exploitation minière illégale des Chinois à travers le pays, qui selon le quotidien anglophone détruit les moyens de subsistance et alimente les conflits.

Urgence pour urgence, prolonge Diapason, le retard qu’accuse la plupart des projets structurants, particulièrement dans le domaine de l’énergie, n’est pas des moins préoccupants, dans un contexte où la croissance annuelle des besoins dans le domaine est de 7%.


Sur le front de la politique, c’est la loi régissant les joutes électorales au Cameroun, celle-là qui fait, depuis toujours, l’objet de critiques de l’opposition et de la société civile et l’ouverture, qui retient l’attention de Le Jour : depuis début janvier et la reprise des opérations d’inscriptions sur les listes électorales, pour les partis politiques de l’opposition formulent à nouveau l’une de leur plus vieilles revendications : la modification du Code électoral.

Et parmi les revendications des acteurs hors du pouvoir, figurent l’avènement d’une loi consensuelle abaissant l’âge électoral à 18 ans, le bulletin de vote unique, l’élection présidentielle à deux tours avec un mandat de 5 ans renouvelable une fois, la réduction du montant du cautionnement aux élections locales, le renfoncement de la sécurité du vote par l’extension de la probante des procès-verbaux des élections à tous les exemplaires remis aux membres de la commission locale de vote, le caractère obligatoire du vote ou encore l’introduction du poste de vice-président.

Délaissant délibérément la scène nationale, Repères et Émergence plongent leur plume sur l’escalade verbale entre l’Italie accuse la France au sujet de la pauvreté en Afrique, le premier pays cité rendant notamment l’Hexagone responsable de l’aggravation des flux migratoires des Africains vers l’Europe.

Le ton est monté d’un cran il y a quelques jours, après la déclaration, rapporte Repères, du vice-président du Conseil italien, Luigi Di Maio, accusant la France «d’appauvrir l’Afrique» et expliquant que si la France n’avait pas entretenu la politique des colonies, elle serait la 15ème puissance économique mondiale alors qu’elle est parmi les premières, grâce à ce qu’elle est en train d’exploiter au détriment du Continent noir.

«Ce n’est pas la première fois que l’Italie accuse la France d’être responsable des maux qui secouent l’Afrique. Les relations entre les deux pays ne sont plus au beau fixe depuis l’arrivée au pouvoir, il y a plus de 10 ans, de l’extrême droite qui affiche clairement son inclinaison antisystème. Des tensions exacerbées par la crise migratoire qui constitue un véritable casse-tête pour les deux pays.»

«Franc CFA/colonisation des pays africains : l’Italie demande des sanctions de l’Union européenne contre la France», répond en écho Émergence, annonçant que Paris sera bientôt convoquée devant le Conseil de l’UE pour être sanctionnée pour les crimes d’esclavage, à l’origine de l’immigration massive, et souvent tragique, de milliers de jeunes Africains vers l’Europe.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut