› Politique

MACKY SALL: « l’Afrique est un pays dans lequel tout est à reconstruire »

A handout photo distributed by the Senegalese Presidential Press Office shows Senegalese President Macky Sall preparing to a televised speech, on February 16, 2016 in Dakar. Sall said on February 16, 2016 the country's top court had rejected his proposal to cut his current presidential term by two years to five. Sall had proposed 15 reforms in all, including limiting presidential terms to two mandates and expanding the powers of the national assembly and the constitutional council. - RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / SENEGAL PRESIDENTIAL PRESS OFFICE" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS / AFP / SENEGAL PRESIDENTIAL PRESS OFFICE / HO / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / SENEGAL PRESIDENTIAL PRESS OFFICE" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Lors d’une conférence Internationale sur le développement durable et dette soutenable: trouvée le juste équilibre, Macky Sall s’est prononcé. En effet, il estime que « L’Afrique est en quête d’émergence ou presque, tout reste à construire’’.

Il présidait, lundi, à Diamniadio, la conférence en présence de plusieurs chefs d’Etat africains et de la directrice général du Fonds mondial international.

Macky Sall a comparé le continent africain sur le point d’atterrir et qui a « besoin de toutes ses forces ».  Le continent africain étant dans le besoin d’une « forte poussée pour accroître sa croissance, vaincre la pauvreté et émerger ».

A cette conférence participent également, les présidents  Rock Marc Kaboré,  Mouhamadou Issoufou , Alassane Ouattara, Faure Gnassingbé et  Patrice Talon. Respectivement du Burkina Faso,Niger, Côte d’Ivoire,Togo et Bénin.

« Les besoins en investissements de l’Afrique sont estimés à plus de 150 milliards de dollars par an, alors que les ressources que nous y consacrons annuellement sont de 31 milliards de dollars », a-t-il indiqué.

« Nous devons mobiliser nos ressources internes et nous en sommes conscients. Les pays doivent faire de meilleurs efforts pour accroître les recettes fiscales et faire appel au financement externe. Ceci en investissements à court et long terme, pour réussir le pari de l’émergence », a indiqué Macky Sall.


Il signale que « d’ici 2050, la population va doubler pour dépasser le seuil de 2 milliards d’habitants contre 1 milliard 300 aujourd’hui ».

Un doublement de la population africaine en une génération pour un continent considéré comme « le premier réservoir mondial de main-d’œuvre », a relevé Macky Sall, d’où « une réelle opportunité, pour accélérer notre marche dans le développement ».

« Pour mettre à profit ce dividende démographique, il nous faut investir, encore investir, toujours investir et beaucoup investir. Il nous faut investir dans l’éducation pour des ressources humaines qualifiées, a-t-il poursuivi.

 



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut