International › APA

Malawi : trafic d’êtres humains dans un camp de réfugiés (Onudc)

Une enquête de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (Onudc), met en lumière un vaste réseau de trafic d’êtres humains au Malawi.Selon l’Onudc et le service de police du Malawi, une exploitation généralisée d’hommes de femmes et d’enfants est notée dans le camp de réfugiés de Dzaleka de ce pays d’Afrique australe.

Selon Maxwell Matewere de l’Onudc, l’exploitation est généralisée au camp de réfugiés de Dzaleka, avec plus de 90 victimes de la traite des êtres humains identifiées et secourues depuis octobre 2020.

« J’ai même été témoin d’une sorte de marché dominical, où les gens viennent acheter des enfants qui étaient ensuite exploités dans des situations de travail forcé et de prostitution », a déclaré Matewere dans un rapport publié par l’Organisation des Nations unies (Onu) lundi.

Les femmes et les filles sont exploitées sexuellement à l’intérieur de Dzaleka, dans d’autres régions du Malawi ou transportées vers d’autres pays d’Afrique australe à des fins d’exploitation sexuelle, a indiqué le fonctionnaire.

Les hommes réfugiés sont soumis au travail forcé à l’intérieur du camp ou dans des fermes au Malawi et dans d’autres pays de la région.

La plupart des victimes secourues sont des hommes originaires d’Ethiopie, âgés de 18 à 30 ans. Il y a aussi des filles et des femmes, âgées de 12 à 24 ans, originaires d’Ethiopie, du Burundi et de la République démocratique du Congo (RDC), selon le rapport.

Certaines des victimes ont reçu de l’aide pour retourner dans leur pays d’origine, tandis que d’autres sont prises en charge dans des maisons sécurisées. Cependant, plusieurs victimes ont demandé à être renvoyées dans le camp pour demander l’asile.


Selon Matewere, le camp de Dzaleka est utilisé par un racket international comme plaque tournante pour le traitement des victimes de la traite des êtres humains.

Les trafiquants recrutent les victimes dans leur pays d’origine sous de faux prétextes et s’arrangent pour leur faire traverser la frontière vers le Malawi où elles sont ensuite exploitées.

« Il est prouvé que les victimes sont recrutées en Ethiopie, en RDC et au Burundi par des agents du réseau de trafiquants qui leur proposent des opportunités de travail en Afrique du Sud, la puissance économique du continent », a déclaré M. Matewere.

Au camp, on leur dit qu’elles doivent rembourser les dettes contractées lors de leur arrivée clandestine au Malawi. « Ils y sont exploités ou transportés vers d’autres pays de la région pour y effectuer du travail forcé ». Jusqu’à présent, cinq trafiquants présumés originaires du Malawi, d’Ethiopie, du Burundi, du Rwanda et de la RDC ont été arrêtés.

Dzaleka est le plus grand camp de réfugiés du Malawi. Créé en 1994, il accueille plus de 50.000 réfugiés et demandeurs d’asile de différents pays.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut