International › AFP

Maroc: un suspect arrêté après le meurtre de deux jeunes randonneuses scandinaves

Un suspect a été arrêté mardi après le meurtre de deux touristes scandinaves âgées de 24 et 28 ans dans le Haut-Atlas, une région montagneuse touristique du sud du Maroc, très prisée par les randonneurs.

D’autres suspects sont recherchés après la découverte lundi des corps de ces deux touristes, une Danoise et une Norvégienne, près du site de Chamharouche, à proximité du village d’Imlil, a indiqué le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) dans un communiqué publié par le ministère de l’Intérieur.

Le suspect a été interpellé à Marrakech, la capitale touristique du Maroc située au pied de l’Atlas, et placé en garde à vue pour être interrogé afin de déterminer le mobile de son crime présumé, selon la même source.

Les corps des deux touristes portaient des « traces de violence à l’arme blanche » sur le cou, avaient indiqué lundi les autorités locales dans un communiqué. Il n’a pas été possible d’obtenir plus d’informations auprès des autorités, du fait de l’enquête judiciaire en cours.

Les communiqués officiels évoquent un « acte criminel », et la presse marocaine un « crime crapuleux ».

L’enquête est menée par le BCIJ en étroite coordination avec les services de la Gendarmerie royale et de la Sûreté nationale, selon le communiqué du BCIJ.

Les parents des victimes ont été prévenues dans la soirée de lundi dans leurs pays respectifs.

La victime danoise, Louisa Vesterager Jespersen, âgée de 24 ans, « s’est fait trancher la gorge », a affirmé sa mère Helle Petersen, citée par le journal danois B.T.

– Randonnées suspendues –

Sa famille lui avait déconseillé de se rendre au Maroc « à cause de la situation chaotique », a-t-elle précisé. Selon les informations de sa page Facebook, Louisa étudiait en Norvège pour être guide et était avide d’aventures. La page Facebook de sa mère montre des photographies d’une jeune fille souriante.

La victime norvégienne, Maren Ueland, était âgée de 28 ans.


« Elle était tellement bien. Sa priorité était la sécurité. Les filles avaient pris toutes les précautions avant de s’embarquer pour ce voyage », a témoigné sa mère, Irene Ueland, à la radiotélévision norvégienne NRK.

Les deux jeunes femmes étudiaient dans une université du sud de la Norvège et effectuaient un voyage prévu pour durer un mois. Le dernier contact entre Maren et sa mère Irene remontait au 9 décembre.

Un policier norvégien détaché à l’ambassade à Rabat est en route pour Marrakech pour faire la liaison entre les autorités.

Un important dispositif de sécurité a été déployé dans la région d’Imlil après la découverte des corps et les randonnées ont été suspendues dans cette région montagneuse très touristique, selon les médias marocains.

« C’est très mauvais pour la région, il va sans doute y avoir des annulations » de séjours, a déclaré un guide local, Hossein, joint par l’AFP à Imlil, un village de montagne qui sert de point de départ des randonnées pour l’ascension du plus haut sommet d’Afrique du Nord, le Mont Toubkal (4.167 m).

Situé à une dizaine de km d’Imlil, le site de Chamharouche, à environ 2300 m d’altitude, est une des étapes sur la route vers le refuge du Toubkal.

L’annonce des deux meurtres a suscité la consternation au Club alpin français (CAF) de Casablanca qui organise de nombreuses randonnées dans le Haut-Atlas. Les animateurs du CAF cherchaient à savoir mardi matin si les deux touristes étaient parties avec ou sans guide, selon une source jointe par l’AFP.

Le tourisme est un secteur clef de l’économie marocaine, qui représente 10% de la richesse du pays et constitue son deuxième employeur après l’agriculture.

Après plusieurs années de quasi-stagnation, le Maroc a connu un nombre record de touristes en 2017 avec 11,35 millions de visiteurs, dépassant pour la première fois la barre des 11 millions.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut