International › APA

Ouverture à Nouakchott d’une grande conférence minière

La 5éme édition du Salon international sur l’exploitation minière et pétrolière en Mauritanie, connu sous le nom de « Mauritanides», a été lancée mardi à Nouakchott, a-t-on constaté sur place.Ouvert par le premier ministre, M. Mohamed Salem Ould Bechir, l’évènement organisé tous les deux ans porte sur une exposition axée essentiellement sur les équipements et outils de travail miniers et industriels.

Plus de 1.500 délégués de grandes sociétés minières, pétrolières, investisseurs et représentants d’opérateurs du secteur industriel et extractif prennent part au forum, en plus de 100 exposants et 70 conférenciers venus d’une trentaine de pays, a déclaré le ministre mauritanien du Pétrole, de l’Energie et des Mines, Mohamed Abdel Vetah.

Cette conférence a pour but de présenter le potentiel gazier, pétrolier et minier de la Mauritanie, d’attirer de nouveaux investisseurs, de renforcer les liens de confiance avec les opérateurs miniers et pétroliers déjà présents et de confirmer davantage la position du pays en tant que destination privilégiée de l’investissement à moyen et au long terme, a-t-il expliqué dans un discours à l’ouverture des travaux.

Selon le ministre, la Mauritanie qui regorge de ressources naturelles présente des opportunités d’investissement prometteuses et bénéficie de la sécurité et de la stabilité, d’un climat d’affaires encourageant et d’un cadre d’investissement aussi bien attractif que compétitif.


De son côté, Hassene Ould Ely, administrateur directeur générale de la Société nationale industrielle et minière (Snim, exploitation du fer), a indiqué que celle-ci est un opérateur minier de classe mondiale qui contribue au développement économique et social du pays avec plus de 6.400 emplois directs et une contribution significative au PIB.

Outre les minerais de fer, la Mauritanie dispose de riches gisements d’or et de cuivre ainsi que de gigantesques réserves de gaz en offshore qu’elle partage avec le Sénégal et dont la production sera lancée en 2021.

Ces réserves sont estimées à 15 milliards pieds cubes, soit le double de la production de gaz de l’Afrique en 2017.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut