International › APA

Patronat, justice et politique au menu des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè abordent ce lundi divers sujets parmi lesquels, ceux liés à la politique, à la justice et surtout au développement et au patronat.«Conseil national du patronat burkinabè : Apollinaire Compaoré s’installe dans son fauteuil», affiche le quotidien privé Aujourd’hui au Faso qui informe que le nouveau président du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB), a été officiellement installé dans ses fonctions, le vendredi 14 décembre 2018, en présence du Premier ministre Paul Kaba Thiéba.

Le journal précise que le bureau, désormais conduit par Apollinaire Compaoré et composé de 35 membres, s’est fixé pour objectifs de repositionner l’institution sur trois engagements que sont l’emploi des jeunes, le renforcement du dialogue social au niveau du secteur privé et le soutien au FDS (Forces de défense et de sécurité).

C’est à juste titre que L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso parle des «trois engagements d’apollinaire Compaoré».

Le même journal aborde le procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015 en reprenant les propos d’un des avocats du général Gilbert Diendéré (présumé cerveau), Me Jean Yaovi Degli qui dit : «le parquet fait beaucoup d’affirmations mais apporte peu de preuves».

Pour sa part, Sidwaya, le quotidien à capitaux publics fait cas «des pièces de Diendéré qui sèment la confusion».

Selon le confrère, à l’audience du vendredi 14 décembre 2018 au Tribunal militaire de Ouagadougou, le général de brigade, Gilbert Diendéré a versé au dossier, des pièces qui ont suscité une vive polémique.


«Ces documents sensés justifier l’origine de l’argent qu’il aurait distribué aux éléments de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) lors du coup d’Etat, n’ont pas convaincu ni le parquet militaire ni la partie civile», rapporte Sidwaya.

Le journal privé Le Pays renchérit en titrant : «Procès du putsch manqué : Quand l’origine des 160 000 000 de F CFA de Diendéré, cristallise les débats».

En politique, Le Pays évoque les trois ans au pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré, citant le Secrétaire général (SG) du Mouvement du peuple pour le progrès (parti présidentiel) de l’arrondissement 7 de Ouagadougou, El Hadj Omar Razack Tapsoba qui déclare : «Nous n’allons pas nous fier aux sondages non fondés».

Le même responsable du MPP est cité à la Une de Le Quotidien en ces termes : «Ce que Roch Marc Kaboré a fait en 3 ans, Blaise Compaoré n’a pas pu le faire en 27 ans».

De son côté, Sidwaya informe que le président du Faso est actuellement à Paris «pour renforcer la coopération».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut