International › APA

Plus de 1,5 milliard Fcfa d’un groupe agroalimentaire pour la restauration du couvert forestier ivoirien

Un groupe agroalimentaire opérant en Côte d’Ivoire, a signé un protocole d’entente avec le ministère ivoirien des Eaux et forêts en vue de la restauration du couvert forestier du pays, par la mise en œuvre d’un projet de réhabilitation de la forêt classée de Cavally (Ouest), pour un investissement de plus de 1,5 milliard Fcfa, indique une note transmise mardi à APA.La convention a été signée par le ministre ivoirien des Eaux et forêts Alain-Richard Donwahi, et M. Thomas Caso, le directeur général de Nestlé Côte d’Ivoire, lors d’une cérémonie,  assistée via vidéoconférence par M. Magdi Batato, vice-président exécutif et directeur des opérations de Nestlé. 

A travers ce protocole, Nestlé devrait investir plus de 1,5 milliard de francs CFA dans la lutte contre la déforestation, en Côte d’Ivoire, aux côtés du ministère des Eaux et forêts. Le projet porte notamment sur la conservation et la réhabilitation de la forêt classée de Cavally.  

« Sur un coût total du projet estimé à 3.34 millions de francs Suisse, Nestlé contribue à hauteur de 2.5 millions, soit plus d’un milliard et demi de F CFA », précise la note, indiquant que le projet sera mis en œuvre par la Société de développement des forêts de Côte d’Ivoire (Sodefor) et la Fondation Earthworm qui le piloteront en synergie avec d’autres parties prenantes. 

Ce protocole vient renforcer une fois de plus l’engagement du groupe agroalimentaire dans la lutte contre la déforestation. En 2017, la firme a rejoint l’Initiative Cacao & Forêts (ICF) pour contribuer à mettre fin à la déforestation, en partenariat avec les gouvernements de la Côte d’Ivoire, du Ghana et des acteurs de l’industrie du cacao et du chocolat.  

La forêt de Cavally, située dans l’Ouest ivoirien, fait partie des 234 forêts classées que compte la Côte d’Ivoire dont le couvert forestier est menacé par des cultures intensives. Grâce aux efforts conjugués de ses partenaires, la Côte d’Ivoire a réalisé des progrès significatifs en matière de protection des forêts.

Le pays a perdu une bonne partie de son couvert forestier au cours des 60 dernières années. De 1960 à 2015, la superficie du couvert forestier de la Côte d’Ivoire est passée de 16 millions à 3,5 millions d’hectares, une perte causée en majorité par une agriculture extensive. 

« La lutte contre la déforestation liée au cacao fait partie de l’ambition de Nestlé de transformer sa chaîne d’approvisionnement agricole en la rendant plus respectueuse du climat et plus résiliente », a déclaré M. Magdi Batato, vice-président exécutif et directeur des opérations du groupe. 

M. Magdi Batato a fait savoir que « cette décision s’inscrit dans le cadre de notre engagement dans la lutte contre le changement climatique et contribuera à l’atteinte de notre objectif « zéro émission net » d’ici 2050 ». 


M. Thomas Caso a assuré que la firme continuera à « travailler avec les gouvernements et d’autres parties prenantes pour aider à protéger, restaurer les réserves forestières et améliorer la qualité de vie des communautés », ce qui devrait permettre de promouvoir une production de cacao durable. 

Le projet de restauration de la forêt classée de Cavally s’inscrit également dans des efforts plus larges du ministère des Eaux et forêts et de l’Indice de développement humain (IDH) « the Sustainable Trade Initiative ».   

L’Etat de Côte d’Ivoire a adopté en 2018 une politique nationale de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts qui accorde une place de choix au secteur privé. 

Ce partenariat qui s’inscrit dans cette optique, vise à lutter contre la déforestation causée en partie par la culture du cacao, dont le pays est le premier producteur mondial, et à « renforcer la résilience des communautés et des producteurs de cacao », a dit M. Donwahi. 

Outre son objectif de protéger et de restaurer la forêt du Cavally, l’ambition du groupe agroalimentaire est que ce projet serve de modèle de production de cacao durable en Côte d’Ivoire, un cacao qui protège la forêt et permet aux communautés cacaoyères de prospérer.

Le groupe agroalimentaire a signé,  en avril 2020, un protocole avec IDH, dans le cadre du programme « Grown Sustainably in Africa » (GSA). Il s’agit d’un partenariat de trois ans qui vise à soutenir 25 000 agriculteurs et 50 petites et moyennes entreprises (PME).

Le protocole scellé avec IDH, dans le cadre du programme « Grown Sustainably in Africa », devrait également permettre l’ouverture de nouveaux marchés pour les paysans et les PME du secteur agricole en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Nigéria, renforçant l’emploi et la sécurité alimentaire. 


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.04.2019

Safari dans le parc de Niokolo Koba

330 espèces d’oiseaux, 80 espèces de mammifères, 60 espèces de poissons et 36 espèces de reptiles peuplent ce parc; et c’est bien, ce qui en…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut