International › APA

Poursuite de la remise de chèques pour le financement des AGR au profit des victimes des crises ivoiriennes

Pas d'image

Une deuxième vague de chèques pour le financement des activités génératrices de revenus (AGR) au profit des victimes des crises ivoiriennes a été remise, vendredi à Abidjan, en présence de Pr Kouamé N’guessan, Chef de cabinet de la ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Pr Mariatou Koné.Ce sont au total 41 chèques qui ont été remis à 24 femmes et à 17 hommes dont les projets ont été sélectionnés. Ces victimes bénéficiaires ont été déjà indemnisées dans le cadre de l’opération d’indemnisation des victimes des différentes crises survenues en Côte d’Ivoire.

Dans son adresse, Pr Kouamé N’guessan a exhorté les bénéficiaires à faire en sorte que la chaîne de la solidarité ne se brise pas, en remboursant régulièrement ces prêts afin de permettre à d’autres personnes d’en bénéficier.

Les premiers chèques pour le financement des AGR au profit des victimes des crises ivoiriennes ont été remis début janvier à onze bénéficiaires. Les projets sont soumis pour divers domaines d’activités, notamment le commerce et la restauration. 

Cette remise de chèques s’inscrit dans le cadre de la convention paraphée en novembre 2018  par la ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Pr Mariatou Koné pour le compte du Programme national de la cohésion sociale (PNCS) et le Directeur général de la microfinance Celpaid, Souleymane Ouattara.

A travers cette convention, l’Etat ivoirien a mis  à la disposition des victimes des crises ivoiriennes un montant de 100 millions de francs CFA sous forme de crédit remboursable.


Une personne physique peut solliciter jusqu’à 500 mille francs CFA, quand le plafond pour un groupement ou association de victimes est fixé à un million francs CFA.  Le prêt perçu «sans aval» est remboursable dans un délai de dix-huit mois dont un différé de six mois.

L’objectif de ce projet est d’aider les victimes à mener des activités génératrices de revenus en vue de les « sortir de la précarité et de la pauvreté (…) », avait expliqué la ministre Mariatou Koné. Cette phase pilote qui se tient dans le district d’Abidjan va s’étendre à l’intérieur du pays.

La microfinance travaille avec des experts issus des ministères techniques pour apprécier la viabilité des projets soumis par les victimes avant le financement.

Le Chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara a mis en place en 2015, un fonds spécial doté d’un apport initial d’une valeur de 10 milliards de francs CFA pour l’indemnisation des victimes des différentes crises survenues Côte d’Ivoire.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut