International › APA

Procès afficheurs contre l’Etat de Côte d’Ivoire: le «délibéré rabattu, l’affaire renvoyée au 09 août» (Avocat)

Pas d'image

Le Tribunal de première instance d’Abidjan a « rabattu» mercredi le délibéré ( prévu ce jour) du procès opposant la Chambre des afficheurs de Côte d’Ivoire ( CAFCI) à l’État en renvoyant l’affaire au 09 août prochain, a appris APA de source officielle dans la capitale économique ivoirienne.« La décision devait être rendue normalement aujourd’hui. Mais, le délibéré a été rabattu, l’affaire a été renvoyée au vendredi 09 août prochain parce que nous attendons les conclusions du ministère public », a confié à APA,  Me Oupoh Carine, l’avocate de la CAFCI dans un entretien téléphonique.

« Ce qui est déplorable, c’est que depuis l’assignation jusqu’à ce jour, les panneaux publicitaires continuent d’être détruits par l’État sans attendre le verdict du juge», a regretté Me Oupoh qui dit cependant « avoir foi» en la justice ivoirienne.

 « Nous espérons qu’à la date du 09 août prochain, le ministère public aura conclu et qu’une décision sera rendue pour abréger la souffrance des afficheurs », a-t-elle souhaité.

Les afficheurs professionnels de Côte d’Ivoire ont assigné en justice le ministère ivoirien de la communication et des médias (leur tutelle) afin de faire cesser la «destruction illégale » de leurs dispositifs publicitaires en cours depuis quelques mois dans le district autonome d’Abidjan.


La semaine dernière, lors de la conférence de presse dénommée « Les Rendez-vous du gouvernement », Sidi Touré, le ministre ivoirien de la communication et des médias, justifiant cette opération de démantèlement des panneaux publicitaires « non autorisés » a soutenu que « nous sommes dans notre rôle institutionnel de garantir la sécurité des ivoiriens ».

 Il a dénoncé une « anarchie visuelle » du fait de ces panneaux publicitaires dans la capitale économique ivoirienne où 1629 « dispositifs publicitaires irréguliers » ont été dénombrés, soit 30% inconnus des services du Conseil supérieur de la publicité (CSP, régulateur).

« Nous n’allons pas reculer sur ce sujet. Nous irons jusqu’au bout », a conclu le ministre relativement à cette opération de démantèlement des panneaux publicitaires « non autorisés » entamée par ses services dans le district autonome d’Abidjan.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut