International › AFP

Six moments clé dans l’histoire du peuple juif

De l’exil à la création de l’Etat d’Israël, voici six moments clé dans l’histoire du peuple juif:

– La diaspora –

Conquis par Rome en 63 avant JC, les Judéens tentent deux révoltes qui sont matées. La première en 66 provoque le siège de Jérusalem et la destruction de son temple, la seconde en 132 entraîne la destruction de la ville et le massacre d’une grande partie du peuple. Cette fois, les Juifs sont interdits en Judée. Beaucoup émigrent vers la Galilée voisine et dans l’Empire romain.

Vers la fin de l’Empire (476), le christianisme est la religion dominante. La communauté juive, prospère en Méditerranée, se fait persécuter par les Wisigoths et dans l’Empire byzantin.

Au VIIe siècle, débute la conquête arabe avec la naissance de l’Islam. Les Juifs sont alors tolérés par les Arabes. Jérusalem devient un lieu saint pour les trois religions monothéistes.

Les Arabes conquièrent la péninsule ibérique en 711. Les Juifs représentent 5% de la population et y entament un âge d’or. Ils s’implantent dans le reste de l’Europe occidentale, où ils sont tolérés comme uniques commerçants entre catholiques et musulmans, et témoins des temps bibliques.

– Persécutions au Moyen-Age –

En 1095, les chrétiens d’Europe organisent des Croisades pour libérer la Terre Sainte. En chemin, ils massacrent des Juifs, considérés comme déicides.

Au XIIe siècle, alors que la papauté défend les Juifs, ces derniers deviennent un enjeu de pouvoir pour les monarques. En 1182, Philippe Auguste est le premier roi de France à les expulser.

Toutes sortes de méfaits leur sont imputés et certains sont victimes des tribunaux d’Inquisition qui chassent hérétiques et sorciers. Lorsqu’en 1347 apparaît la peste noire, ils sont accusés d’avoir empoisonné les puits d’eau. Persécutés principalement sur l’axe Rhin-Rhône, ils sont progressivement expulsés.

Charles VI chasse tous les Juifs de France le 4 novembre 1394.

En Espagne, la Reconquista se termine en 1492. Les rois catholiques demandent aux juifs de se convertir ou de partir. Une grande partie s’installe dans l’empire ottoman.

– Pogroms et affaire Dreyfus –

Après la Révolution, la France est la première en Europe à voter, en 1791, une loi d’émancipation donnant aux Juifs l’égalité de droits avec les autres citoyens.

Mais le 19e siècle connaît un regain d’antisémitisme, notamment en Europe de l’Est où vit la plus importante communauté juive au monde. Dans l’empire russe, les Juifs sont la cible d’attaques populaires appelées pogroms, notamment en 1881-84. Nombre de Juifs émigrent vers l’Amérique du Nord, certains se fixant au passage en Europe centrale et occidentale. En mai 1882, la Russie tsariste adopte la législation antijuive la plus systématique avant celle d’Hitler.

En France, le capitaine Alfred Dreyfus est condamné à tort en 1894 pour trahison au profit de l’Allemagne, une affaire qui déchire la France. L’officier juif est déporté sur l’île du Diable en Guyane, avant d’être réhabilité en 1906.

– Sionisme –


Le sionisme, mouvement né au XIXe siècle et visant au rassemblement des Juifs en Palestine, prend un sens politique en 1896 lorsque Theodor Herzl, journaliste viennois, publie « L’Etat juif. Essai de solution moderne à la question juive ». Au premier congrès sioniste à Bâle en 1897, Herzl lance un appel prophétique: « Dans cinquante ans, un Etat juif naîtra ».

L’antisémitisme et les pogroms accélèrent l’arrivée des Juifs en Palestine, alors province de l’empire ottoman: ils sont 50.000 en 1900, contre 24.000 en 1880.

Londres apporte son soutien à « l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif », par une déclaration du 2 novembre 1917, signée du chef de la diplomatie Arthur Balfour.

Les Juifs représentent alors moins de 10% de la population de la Palestine. Ce texte sème les germes du conflit israélo-palestinien.

– Shoah –

L’extermination des Juifs mise en oeuvre par les nazis en Europe en 1939-45 fait six millions de morts, plus d’un tiers de la population juive de l’époque.

Après l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler en 1933, les Juifs d’Allemagne et d’Autriche sont les premiers persécutés. Puis nombre de Juifs enfermés dans des ghettos (notamment à Varsovie) sont réduits à la famine, et des exécutions massives ont lieu dans les territoires enlevés à l’Armée rouge.

A partir de 1941, débute l’application de la « solution finale à la question juive », préparée par Heinrich Himmler: l’extermination des Juifs dans les camps de concentration, avec les chambres à gaz.

Tous les pays occupés ou alliés au IIIe Reich font déporter leurs habitants juifs dans ces camps, à l’exception du Danemark, dont le roi porte l’étoile jaune par défi, et de la Bulgarie.

– Création d’Israël –

L’ONU vote le 29 novembre 1947 le partage de la Palestine en deux Etats, juif et arabe. Jerusalem est placé sous contrôle international.

Ce plan, rejeté par les Etats arabes, provoque une éruption de violences entre Arabes et Juifs.

Le 14 mai 1948, David Ben Gourion proclame l’Etat d’Israël, après 28 ans de mandat britannique.

Le lendemain, cinq pays arabes entrent en guerre contre le nouvel Etat. Cette première guerre israélo-arabe finit en 1949 et permet à Israël d’étendre le territoire qui lui avait été imparti par l’ONU.

Plus de 760.000 Palestiniens sont poussés à l’exode ou fuient, quelque 160.000 restent dans le nouvel Etat. Les Arabes israéliens constituent aujourd’hui 17,5% de la population.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut