International › APA

Tourisme, éducation et pêche maritime au menu des quotidiens marocains

Le tourisme au Maroc, les enjeux de la réforme de l’éducation et le secteur de la pêche sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce mardi.Evoquant le secteur touristique, +L’Économiste+ écrit qu’atteindre 17 millions de touristes en 2026, selon la nouvelle feuille de route du tourisme, « c’est jouable », selon des opérateurs, surtout avec un énorme capital image encore sous-exploité.

L’enjeu maintenant est de fidéliser les nouveaux arrivants, en capitalisant sur la capacité de prescription des “icônes mondiales” ayant choisi le Maroc pour passer leurs vacances, estime le quotidien.

Aujourd’hui, dans les plus grandes destinations touristiques mondiales, les stratégies sont axées sur “l’expérience client”, et dans cette approche, tous les détails sont importants, depuis l’accueil à l’aéroport jusqu’au départ du touriste, relève-t-il, mettant en garde contre certains aspects, qui risquent de plomber les nouveaux leviers d’accélération de la machine touristique.

En plus de la nécessité de renforcer la desserte aérienne et l’offre d’animation, réclamée par les professionnels, il est tout aussi important de se pencher sur les problèmes du transport touristique, sur les mauvais comportements de certains taximen, bazaristes, restaurateurs et commerçants, entre autres.

Les autorités sont aussi attendues sur l’amélioration de la qualité de formation et sur le renforcement de l’offre en ressources humaines touristiques, ajoute-t-il.

+L’Opinion+, qui s’attarde sur les enjeux de la réforme du système éducatif , écrit que nul n’ignore que l’ambition du Maroc de se hisser au rang des grandes puissances mondiales ne peut se faire qu’à travers un système éducatif efficace et compétitif, un système qui garantirait les conditions optimales de réussite aux élèves/étudiants et qui permettrait au Royaume d’occuper des positions honorables dans les classements prestigieux.

Aujourd’hui, l’Etat se donne les moyens pour atteindre cet objectif, en améliorant en premier lieu les infrastructures éducatives, comme en témoignent les chantiers de construction et de réhabilitation de quelque 11.000 écoles publiques durant l’année scolaire 2021-22, qui s’ajoutent à la réorganisation interne du département de tutelle pour réduire les failles des mécanismes de gouvernance, constate l’éditorialiste.


L’idée, c’est de créer d’abord un environnement propice à l’apprentissage, avant de s’attaquer au fond pédagogique, qui requiert un brainstorming national et des études empiriques pour adapter l’offre éducative aux besoins de la population, note-t-il.

Dans cette optique, le ministre de tutelle a exprimé, lors de la 1ère session ordinaire du deuxième mandat du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique, la nécessité de faire une étude sociologique pour éviter que la réforme soit en discordance avec les spécificités historiques et culturelles de la société marocaine, sans oublier les nouvelles tendances sociales auxquelles s’identifie la nouvelle génération, relève-t-il.

+Al Bayane+, qui s’intéresse au secteur de la pêche, écrit que sans chercher à polémiquer sur la caducité du cadre proposé, le plan Halieutis, qui s’articule autour de trois piliers fondateurs à savoir la durabilité, la performance et la compétitivité, par le biais des mesures accompagnatrices et des outils-clés de leur concrétisation, “est maintenant mis à l’épreuve”.

A chacun d’en tirer les conclusions qui s’imposent, car il importe peu de camper sur des critiques à son égard, maintenant qu’il s’est déjà introduit dans la phase de l’opérationnalité, estime-t-il.

Si le projet s’avère globalisant et annonciateur de possibilités immenses d’aller de l’avant, force est de constater que la promotion du secteur est tributaire d’un engagement fort en termes d’“assainissement de ses rouages déficients”, estime-il.

La mise en place performante des stratégies de réformes du secteur des pêches maritimes passe inéluctablement par le nettoyage des eaux du sud de tous les “prédateurs”, car cela “va de l’intérêt du Royaume, de la démocratie et de l’égalité !”, recommande la publication.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut