International › AFP

Trump veut classer les Frères musulmans comme organisation « terroriste »

Le président des Etats-Unis Donald Trump envisage de placer les Frères musulmans, bête noire du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, sur la liste noire américaine des « organisations terroristes ».

« Le président s’est entretenu avec son équipe de sécurité nationale et les dirigeants de la région qui partagent son inquiétude et cette désignation est en cours d’examen suivant le processus interne », a indiqué mardi à l’AFP Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif américain.

Le placement sur cette « liste noire » de la confrérie des Frères musulmans, considérée comme « terroriste » en Egypte, permettrait aux Etats-Unis d’imposer des sanctions à toute personne ou organisation ayant des liens avec ces derniers.

Créée en 1928, la confrérie des Frères musulmans est le plus ancien mouvement de l’islamisme sunnite. Elle a, au cours de son histoire, oscillé entre plaidoyers pour un Etat islamique et adhésion proclamée au jeu démocratique.

Cette annonce intervient trois semaines après la visite à la Maison Blanche de M. Sissi, qui a destitué son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi en 2013 avant d’être élu à la présidence un an plus tard.

Selon le New York Times, qui a révélé cette information, cette initiative du président se heurte cependant à de vives objections, en particulier au sein du Pentagone.

Elle pourrait avoir de nombreuses conséquences en cascade, dont celle de tendre encore un peu plus les relations avec la Turquie et le président Recep Tayyip Erdogan.

M. Erdogan, qui qualifie l’actuel président égyptien de « putschiste », dresse parfois un parallèle entre le renversement de M. Morsi et la tentative de putsch qui l’a visé en juillet 2016.


– Rencontre Trump-Sissi –

A l’occasion de sa rencontre avec M. Sissi dans le Bureau ovale, M. Trump avait multiplié les marques de soutien, louant son « très bon travail ». « Les relations entre l’Egypte et les Etats-Unis n’ont jamais été aussi bonnes », avait-il affirmé, sans mentionner à aucun moment la question des droits humains.

Les organisations de défense des droits de l’homme dénoncent régulièrement les violations des libertés par le régime égyptien. Le Caire nie ces allégations, mettant l’accent sur l’impérieuse nécessité de la lutte antiterroriste.

Maître de l’Egypte depuis 2014, Abdel Fattah al-Sissi devrait pouvoir rester en place jusqu’en 2030 en vertu d’une réforme constitutionnelle adoptée mi-avril.

Lors de sa visite à Washington le 9 avril, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait, lors d’une audition devant le Congrès, estimé qu’il avait été « remarquable en ce qui concerne la liberté religieuse », une formule qui avait suscité la surprise et de très vives critiques dans le camp démocrate.

Début avril, les Etats-Unis ont placé les Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique du régime iranien, sur leur liste noire des « organisations terroristes ».

L’Iran figure déjà depuis 1984 sur la liste américaine très restreinte des « Etats soutenant le terrorisme ». L’idée de mettre plus clairement à l’index les « Pasdaran », armée spéciale créée en 1979 dans le but de protéger la Révolution islamique iranienne des menaces étrangères et intérieures, planait depuis l’arrivée du milliardaire républicain à la Maison Blanche.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Retour en haut