International › AFP

Turquie: la police empêche une manifestation prokurde à Istanbul

Les autorités turques ont empêché lundi des députés de l’opposition prokurde de défiler à Istanbul en solidarité avec une élue en grève de la faim pour dénoncer les conditions de détention du chef d’une guérilla kurde.

Plusieurs dizaines de policiers équipés de boucliers antiémeute ont entouré une quarantaine d’élus et militants du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde) pour les empêcher de descendre l’avenue Istiklal, au coeur d’Istanbul, selon des journalistes de l’AFP.

Après avoir tenté sans succès de forcer le mur de boucliers, les manifestants portant un dossard avec la photo de la députée du HDP Leyla Güven, en grève de la faim partielle depuis près de 100 jours, ont fait une courte déclaration sur l’emblématique place Taksim.

« Nous sommes ici pour joindre nos voix à celle de Leyla Güven, pour prêter nos forces à son combat », a déclaré le coprésident du HDP Sezai Temelli. « La Turquie est aujourd’hui soumise à un blocus, et ce blocus se manifeste ici place Taksim », a-t-il ajouté.

Après un bref sit-in, les manifestants se sont dispersés.

Mme Güven a entamé sa grève de la faim partielle le 8 novembre pour dénoncer les conditions de détention d’Abdullah Ocalan, le chef historique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation qualifiée de « terroriste » par Ankara, l’Union européenne et les Etats-Unis.


M. Ocalan purge une peine de prison à vie sur une île proche d’Istanbul depuis son arrestation il y a 20 ans.

Mme Güven, qui avait été arrêtée et écrouée l’an dernier pour avoir dénoncé une offensive militaire d’Ankara en Syrie, a été remise en liberté le mois dernier alors que ses soutiens s’inquiétaient de son état de santé.

Selon le HDP, plus de 300 prisonniers sont eux aussi en grève de la faim par solidarité avec Mme Güven.

« Nous ne permettrons pas que nos camarades perdent la vie. C’est pour empêcher cela que nous nous sommes rassemblés », a déclaré la coprésidente du HDP Pervin Buldan.

Le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu avait prévenu dimanche que la manifestation du HDP serait interdite. « Si nous vous laissons marcher, alors nous ne sommes pas des hommes », a-t-il déclaré.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut