International › APA

Un émissaire français à Nouakchott pour discuter de la sécurité au Sahel

L’envoyé spécial français pour le Sahel, Christophe Bigot a indiqué, mardi à Nouakchott, avoir discuté de questions liées à la sécurité et au développement au Sahel avec le président mauritanien, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani.M. Bigot qui s’exprimait devant la presse, après s’être entretenu avec El Ghazouani, a précisé que les discussions ont porté sur le suivi du sommet de Pau (13 janvier dernier) et l’Assemblée générale de l’Alliance Sahel.

Il a souligné, concernant le premier point, que la Mauritanie va exercer très bientôt la présidence du G5-Sahel, signalant que « le sommet de Pau a été marqué par une mobilisation française, africaine et internationale » contre le terrorisme.

Pour lui, « cette mobilisation était nécessaire parce que la situation est difficile au Mali, au Niger et au Burkina Faso où des attentats très graves ont été commis et des centaines de milliers de personnes déplacées ».

Par rapport au second point, l’émissaire français a rappelé que l’Assemblée générale de l’Alliance Sahel qui se tient pour la première fois aura lieu à Nouakchott (le 25 février courant) sous l’autorité du ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian.


Il a indiqué que sa tenue en Mauritanie s’explique par le fait que ce pays préside le G5-Sahel et accueille son secrétariat permanent.

Selon M. Bigot, il s’agit d’ancrer cette Alliance-Sahel ici en Mauritanie et d’accueillir « nos amis » africains et européens pour ensemble combattre le terrorisme et le combattre aussi sur le terrain du développement.

« Car, a-t-il souligné, le terrorisme ne se combat pas seulement les armes à la main, on le combat aussi en construisant des hôpitaux, des routes et en offrant de l’emploi aux jeunes ».



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut