International › AFP

Vent et pluie battent la côte est américaine avant l’ouragan Florence

Les fortes pluies, poussées par un vent violent, ont commencé jeudi à s’abattre sur le littoral de la côte atlantique des Etats-Unis à l’approche de l’ouragan Florence qui menace de provoquer des inondations catastrophiques.

La ville de Wilmington, en Caroline du Nord, était sous une pluie continue dans l’après-midi, tandis que les rafales de vent s’intensifiaient, faisant vaciller les arbres les plus ténus et les feux tricolores suspendus. Des rafales à 137 km/h ont ainsi été enregistrés à Cape Lookout, à une centaine de kilomètres au nord de cette localité.

L’ouragan Florence reste dangereux même s’il a été rétrogradé en catégorie 2, sur l’échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq, a averti le Centre national des ouragans (NHC). Avec des vents violents calculés à 155 km/h, son oeil se trouvait à 160 km de Wilmington à 21H00 GMT selon l’institut.

Florence, qui a ralenti sa course, se dirige désormais vers la côte à 7 km/h et son oeil pourrait toucher terre vendredi, renforçant l’inquiétude des autorités.

« L’eau charriée quand il était de catégorie 4 est déjà en approche, la montée des eaux de 1,8 m à 2,7 m va arriver », a affirmé Steve Goldstein, responsable de l’Agence fédérale océanique et atmosphérique (NOAA).

« Le plus important, c’est l’eau, a-t-il souligné. La menace des vents s’est un peu éloignée mais cela reste un ouragan très dangereux et puissant ».

Environ 1,7 million de personnes ont été sommées de se mettre à l’abri loin du littoral. En Caroline du Nord, près de 17.000 foyers étaient déjà privés d’électricité dans l’après-midi alors que l’eau commençait à monter sur l’archipel des Outer Banks.

– « Comme une fête » –

Wilmington a été vidée d’une partie de ses habitants et la circulation, déjà très restreinte autour de la ville portuaire où des panneaux lumineux « Alerte ouragan » mettaient en garde les rares conducteurs.

Mais ceux qui ont choisi de rester ne semblaient pas vraiment inquiets.

Tony Albright attendait tranquillement l’arrivée de Florence sur le porche de sa maison, une bière à la main et la tête enfouie sous un chapeau traditionnel vietnamien.

« J’ai moi-même construit cette maison, je ne suis donc pas du tout inquiet, c’est du solide », confie à l’AFP ce charpentier. « J’ai chargé les batteries de mes appareils électroniques, j’ai des bières et des jeux vidéo. La seule chose qui manque là-dedans, c’est une jolie fille ».

Dans la matinée, d’autres irréductibles en avaient profité pour s’approvisionner, notamment en glaçons, qui serviront à conserver la nourriture quand l’électricité aura été coupée.


« Je n’ai pas de générateur, j’ai appris d’expérience qu’il faut garder la glace dans la machine à laver », explique à l’AFP Petra Langston, une infirmière. La solidarité joue aussi à plein. N’ayant pas d’argent liquide, elle se fait payer sa glace par l’homme qui attend derrière elle.

A plusieurs centaines de kilomètres au sud, l’immense plage de Myrtle Beach était encore praticable dans l’après-midi alors que Florence était à 250 km de la plage. Certains habitants en profitaient même pour faire du surf sur les premières grosses vagues amenées par l’ouragan.

Rues désertes, stations-essence fermées et fenêtres calfeutrées, la célèbre station balnéaire de Caroline du Sud était aussi transformée en ville fantôme et des équipes de sauveteurs s’affairaient aux préparatifs.

Un couvre-feu a été instauré, comme dans plusieurs autres localités de la côte est et les autorités avaient appelé la population à évacuer dès mardi. Pour ceux qui n’ont pas voulu ou pu partir, plusieurs centres d’accueil ont été mis en place.

Dans un refuge près de Myrtle Beach, Rebecca Cheledlik, une retraitée de 71 ans, se dit heureuse de rencontrer ses nouveaux voisins. « Pour moi, c’est comme une fête, je vis seule alors ça ressemble à des vacances », sourit-elle.

– Coupures de courant –

En s’approchant de la côte, Florence devrait dévier vers le sud pour décharger ses pluies torrentielles pendant de longues heures le long du littoral puis à l’intérieur des terres, accentuant le risque d’inondations.

« Les inondations à l’intérieur des terres sont très meurtrières et c’est ce qui va arriver », a averti Brock Long, chef de l’Agence fédérale des situations d’urgence (Fema).

« L’infrastructure va être endommagée, le courant va être coupé, a-t-il poursuivi. Cela pourrait durer des jours, voire plusieurs semaines ».

Selon le fournisseur d’électricité Duke Energy, basé dans la région, entre un et trois millions d’usagers pourraient être victimes de coupures de courant dans les deux Etats de Caroline et les réparations pourraient durer plusieurs semaines. Près de 3.000 électriciens étaient arrivés jeudi en renfort de plusieurs Etats avoisinants pour rétablir le courant une fois l’ouragan passé, a indiqué la compagnie sur Twitter.

Plus de 1.000 vols ont déjà été annulés à l’approche de l’ouragan, selon les médias américains.


0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Info en continu
  • Sénégal
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 06.05.2021

Le village artisanal de Saly

Situé au centre ville de la commune de Saly, le village artisanal a été fondé en 1981. Il comprend 120 magasins regroupés dans une cour…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldusenegal.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut