Culture › Musique

Campagne de sensibilisation de la SODAV en Septembre sur les droits d’auteur et les droits voisins

La Société sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins (SODAV) organise des activités de sensibilisation, de formation et de communication sur les droits d’auteur et les droits voisins, ‘’tout au long du mois de septembre’’, a-t-on appris vendredi de son directeur-gérant, Aly Bathily.

Ces activités ont démarré par un atelier de formation des maîtres de chœur du Sénégal sur les droits en question, le 4 septembre, à Kolda (sud), a-t-il précisé dans un entretien téléphonique avec l’APS.

L’atelier a eu lieu en prélude de la célébration, ce samedi, de la deuxième édition de la Journée africaine du droit d’auteur et de la gestion collective, sous l’égide de la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et compositeurs de musique (CISAC).

Le Rwandais Samuel Sangwa, directeur régional Afrique de la CISAC, est attendu ce weekend à Dakar pour les manifestations prévues pour cette journée célébrée par une vingtaine de pays africains dont l’Afrique du Sud, le Burkina Faso, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, Djibouti, la Guinée, le Kenya, Madagascar, le Maroc et la Tunisie, selon M. Bathily.

Le but de la célébration de la Journée africaine du droit d’auteur et de la gestion collective est d’‘’attirer l’attention sur l’extraordinaire contribution des créateurs et l’importance du droit d’auteur pour la vie de millions de personnes du continent africain et au-delà de ses frontières’’, explique un communiqué de la CISAC.

Les activités prévues pour cette célébration permettront d’‘’informer les créateurs (…) sur les bienfaits du droit d’auteur, leur importance pour [ceux qui veulent] faire carrière dans le secteur artistique’’, ajoute le communiqué.

Ce sera l’occasion pour les artistes d’apprendre à davantage tirer profit de leurs créations et de contribuer au développement artistique de leur pays, selon la CISAC.

Son communiqué annonce par ailleurs que ‘’les droits collectés en Afrique en 2019 ont atteint 78 millions d’euros’’ – environ 51 milliards 146 millions 646 mille francs CFA.


L’Afrique du Sud, l’Algérie et le Maroc génèrent près des 4/5 des sommes collectées, selon le texte.

‘’Cette nette progression s’explique par les efforts fournis par les sociétés d’auteurs du continent. La rémunération pour copie privée, instaurée dans ces trois pays (Afrique du Sud, Algérie et Maroc), a porté ses fruits’’, explique Aly Bathily.

Selon le directeur-gérant de la SODAV, plusieurs pays dont le Sénégal, le Burkina Faso, le Cap-Vert, Djibouti, le Mali, l’Ile Maurice, les Seychelles et le Togo affichent cette année une croissance de 10% en matière de collecte des droits d’auteur, par rapport à l’an dernier.

‘’Au Sénégal, les performances réalisées par la SODAV sont mises en avant, ce qui nous vaut cette croissance. La commission chargée de la rémunération pour copie privée travaille sur un système de tarification qu’elle veut mettre en place’’, assure M. Bathily.

Selon lui, malgré cette hausse, le montant des droits collectés pour le compte des créateurs en Afrique, qui représente moins de 1% des collectes mondiales, reste bien inférieur à la production créative de la région.

A cause du ‘’manque de respect du droit d’auteur et des droits voisins en Afrique’’, dit-il, ‘’il est très difficile de percevoir les droits d’auteur et les droits voisins’’ dans le continent. ‘’Il y a un manque de respect total dans l’application des lois’’, déplore Aly Bathily.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut