Politique › Actualité

Vers un remake Wade contre Macky Sall?

Abdoulaye Wade contre Macky Sall

Comme en 2015, l’ancien président harangue les foules pour empêcher la réélection du chef d’Etat Macky Sall, le 24 février.

Le chef de l’Etat actuel du Sénégal, Macky Sall brandit son bilan comme arme contre ses détracteurs. C’est d’ailleurs sur cette corde qu’il compte jouer pour convaincre les électeurs à voter pour lui le 24 février prochain, jour du scrutin présidentiel.

Il a encore fait valoir cette “victoire” lors du meeting de la coalition Beno Bokk Yakkar. «Vous avez remarqué que personne n’attaque mon bilan. Ils attaquent plutôt la justice. Mais ils oublient que c’est cette justice qui a toujours été là depuis les indépendances. Les magistrats ne sont pas des hommes politiques. Ce sont des fonctionnaires qui rendent la justice au nom du peuple sénégalais», indiquait-il.

Lire aussi: Sénégal: Retour de Abdoulaye Wade au pays

Il répondait ainsi à la sortie de Abdoulaye Wade. Dans une vidéo de 13 minutes, l’ancien président dénonçait un scrutin taillé à la mesure du président en place «Nous avons choisi de nous opposer à la tenue d’une élection entièrement fabriquée dans le seul but de faire réélire le président sortant». L’homme politique de 92 ans appelait par l même occasion les citoyens à boycotter “la mascarade d’élection”.


Il prédit par ailleurs des évènements fâcheux pour le Sénégal si rien n’est fait «en visant une réélection au premier tour, Macky Sall a créé de graves dangers de déstabilisation du Sénégal dans la violence». Le « Pape du Sopi » fustige également les décisions rendues par la justice sénégalaise dans les cas, Khalifa Sall et Karim Wade, son fils, tout comme le choix des candidats pour la présidentielle.

Coincidence ou connivance? Difficile de l’affirmer mais les déclarations de Wade interviennent au moment où une coalition de l’opposition comprenant la majorité des candidats éliminés par le système de parrainage a lancé, le 21 janvier, un appel à la « confrontation » et la « mobilisation » contre ce qu’elle nomme « plan de réélection frauduleuse de Macky Sall au premier tour ».

Déjà en 2015, Abdoulaye Wade, battu au second tour en 2012 par Macky Sall, avait évoqué ce type de scénario en cas de condamnation de son fils Karim. Il n’avait pas réussi à mobiliser les foules.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut